Les autorités néo-zélandaises ont eu l’horreur de découvrir près d’une centaine de dauphins-pilotes morts sur les côtes des îles de Chatham. Pour l’instant, on ignore ce qui a causé la mort de ces animaux, et ce, malgré le fait qu’il y ait déjà eu un antécédent à ce triste évènement.

Un triste évènement avec de nombreux précédents sur les îles de Chatham

Le ministère néo-zélandais de la Conservation a déclaré qu’au total, 97 globicéphales et 3 dauphins sont morts après avoir échoué sur les plages des îles de Chatham, un archipel qui se trouve à environ 500 kilomètres de l’île du Sud. Outre ceux qui étaient déjà morts, 26 autres dauphins-pilotes ont été trouvés dans un état critique. Les autorités ont choisi de les euthanasier dans la mesure où ils étaient déjà trop faibles pour survivre s’ils étaient remis à l’eau. « Seulement 26 des baleines étaient encore en vie à ce stade », a déclaré Jemma Welch, un responsable du ministère de la Conservation, dans un communiqué.

« La majorité d’entre elles, semblant très faibles, ont été euthanasiées en raison des conditions de mer agitée et de la quasi-certitude qu’il y avait de grands requins blancs dans l’eau qui sont amenés par un échouage comme celui-ci », a-t-elle ajouté. Selon les autorités, les drames se sont produits durant le week-end, mais le sauvetage a pris du temps dans la mesure où l’emplacement était éloigné de la station de garde de la région. Par ailleurs, les responsables ont également évoqué une difficulté à contacter les habitants de l’archipel à cause d’une panne de courant. Il est à savoir que les îles abritent un peu plus de 600 habitants.

Image d’illustration — Gary Webber / Shutterstock.com

Malheureusement, ce n’est pas la première fois que les habitants de l’île font face à un tel évènement. L’archipel a même vécu le plus grand drame d’échouement de masse au monde en 1918. À cette occasion, plus de 1 000 dauphins et baleines avaient péri sur les côtes et les plages de l’archipel. Le plongeur professionnel et photographe Sam Wild – qui a été sur place – a expliqué que c’était une scène horrible et émouvante. Il a également expliqué que de tels évènements se produisaient presque annuellement sur les îles de Chatham.

Une tragédie qui reste inexpliquée à ce jour

Le pire concernant ces drames étant que l’on ignore encore leur origine. Malgré les nombreuses études menées sur le sujet, les scientifiques ne savent pas pourquoi autant de cétacés meurent en échouant sur les plages des îles de Chatham. Quoi qu’il en soit, les responsables de la conservation ont quelques théories sur le sujet, a rapporté The Guardian. Un ensemble de facteurs ont été cités, notamment la maladie, les erreurs de navigation, les caractéristiques géographiques, une marée qui baisse rapidement, le fait d’être chassé par un prédateur et les conditions météorologiques.

Certains scientifiques ont notamment mis l’accent sur ce dernier point, explique un article du média RNZ qui traite de ce sujet. Il a été expliqué que le réchauffement climatique et l’augmentation de la température des mers et des océans ont un impact sur les différentes formes de vie qui y vivent. Face à cette tragédie, la communauté maorie, accompagnée de la population locale et des autorités, a organisé une cérémonie pour rendre hommage aux globicéphales et aux dauphins qui ont perdu la vie. Cet évènement a également mis un frein aux activités nautiques de l’archipel, dans la mesure où les nombreuses carcasses sur les plages ont attiré des grands requins blancs et d’autres prédateurs qui viennent pour se nourrir, a rapporté RNZ.

2
COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
2 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
perhafet Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
perhafet
Invité
perhafet

http://www.Wisham.net – excellent projett pour les addultes qqui veulent ttrouver un parttenairre ssexuel

trackback
Une centaine de dauphins-pilotes meurent échoués en Nouvelle-Zélande | Webissimo | Toute l'info en continue

[…] Lire l’article original […]