― Jag_cz / Shutterstock.com

Ce n’est pas une nouveauté. Tout excès est nocif. D’après un rapport de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), la consommation excessive d’alcool fait perdre en moyenne près d’un an d’espérance de vie aux populations de 52 pays, en raison des diverses maladies et des accidents qu’elle provoque.

Le pays le plus touché enregistre 1,8 année d’espérance de vie en moins

Dans son rapport, l’OCDE indique que consommer plus d’un verre d’alcool par jour fait perdre une année d’espérance de vie. « L’espérance de vie sera inférieure de près d’un an (0,9) au cours des 30 prochaines années en raison des maladies et des blessures causées par la consommation nocive d’alcool », indique-t-elle dans son rapport, qui concerne 52 pays de l’OCDE, de l’Union européenne et du Groupe des 20.

Les huit pays les plus affectés sont localisés en Europe centrale et orientale. D’après les calculs, ces derniers enregistrent entre 1,4 et 1,8 année d’espérance de vie en moins. La Lituanie, la Russie et la Pologne sont notamment les pays les plus affectés tandis que la Turquie et Israël sont les pays les moins concernés. Il est à noter que l’organisation a obtenu ces résultats en comparant l’espérance de vie en 2050 si les habitudes de consommation actuelles persistent avec un scénario où la consommation ne dépasserait pas ce « seuil à moindre risque ».

— Charles-Edouard Cote / Shutterstock.com

La consommation d’alcool est en hausse

Une enquête menée en mai et juin 2020 dans onze pays indique que 42 % des personnes ayant répondu au sondage de l’OCDE affirment que leur consommation d’alcool est restée inchangée, tandis que 36 % confient que leur consommation a augmenté et 22 % qu’elle a baissé. Les hausses de consommation ont principalement été notifiées chez « les femmes, les parents des jeunes enfants, les personnes à revenu élevé et celles présentant des symptômes de dépression et d’anxiété ».

Les enquêteurs indiquent que ce fardeau s’élève à 2,4 % du total des dépenses de santé. Ils estiment que le PIB sera inférieur de 1,6 % en moyenne chaque année dans les pays concernés au cours des 30 prochaines années si la situation ne change pas.

D’après l’organisation internationale, la stratégie la plus efficace pour lutter contre la consommation excessive d’alcool est la limitation de la promotion de l’alcool auprès des enfants, le renforcement des contrôles de police pour prévenir les accidents de la route liés à l’alcool, le développement de l’offre de consultations pour les patients à risque et l’augmentation des prix pour limiter l’accessibilité financière d’alcool.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de