— Ryzhkov Oleksandr / Shutterstock.com

Depuis le confinement, nous avons remarqué que les animaux profitent grandement de l’absence des touristes et l’arrêt de toutes les activités humaines pour jouir de leur liberté. Des chèvres qui conquièrent une ville du pays de Galles, des lions qui se prélassent sur des routes désertes en Afrique du Sud… la nature semble reprendre le dessus. Désormais, ce sont les dauphins qui profitent de l’absence des bateaux pour nager dans le détroit du Bosphore, à Istanbul.

Tout comme dans beaucoup d’autres pays et villes, le confinement a été imposé à Istanbul en vue d’endiguer au mieux la pandémie de coronavirus. Une situation qui profite grandement aux dauphins du Bosphore. En effet, les bateaux et les pêcheurs étant moins nombreux dans ce détroit situé entre l’Europe et l’Asie, le calme y règne désormais bien plus que d’ordinaire.

Le trafic étant réduit le long de cette voie d’eau étroite, les poissons se font également plus nombreux, ce qui attire davantage de dauphins à proximité des rives. Plusieurs de ces animaux ont été aperçus à Sarayburnu, promontoire séparant la Corne d’Or de la mer de Marmara, pour le plus grand plaisir des habitants mais surtout des photographes.

« La baisse du trafic maritime et humain dans le Bosphore a un impact important. Les êtres vivants, aquatiques et terrestres, sont délivrés de la présence humaine. Ce qui permet aux dauphins de s’approcher plus près de la rive », a expliqué Erol Orkcu, président de l’association des pêcheurs amateurs d’Istanbul.

La mégapole d’Istanbul comptant 16 millions d’habitants doit rester confinée depuis le 23 avril dernier et jusqu’à ce dimanche à minuit, après avoir été à l’arrêt les deux week-ends précédents. Jusqu’à présent, 2 992 personnes sont décédées du Covid-19 en Turquie.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de