— krumanop / Shutterstock.com

Il existe en France et dans le monde de multiples lois pour le moins insolites. Pour la plupart, elles sont soit devenues obsolètes mais n’ont jamais été abrogées, soit elles sont totalement stupides. Parmi elles, il y en a une en France qui est pour le moins particulière : il est interdit d’appeler son cochon Napoléon.

Sachez-le, si vous possédez un cochon, vous ne pouvez pas l’appeler Napoléon. Cette loi, datant du XIXe siècle, avait pour but de ne pas ternir l’image de l’empereur. On ne sait pas exactement quand cette loi est entrée en vigueur, s’il s’agit du 1er ou du Second Empire, mais c’était en tout cas lors du XIXe siècle.

Le cochon a toujours eu mauvaise réputation. Il est en effet associé à la ferme et aux déchets. L’empereur était réputé susceptible, ce qui peut expliquer une telle décision. Toutefois, rassurez-vous, il est toujours possible d’appeler son cochon Louis, Charlemagne, César…

George Orwell ne devait pas être au courant de cette loi, puisque dans La Ferme des animaux, le cochon s’appelle Napoléon. D’autres lois étranges existent, en France et dans le monde : ainsi la France a officiellement interdit aux Parisiennes de porter des pantalons jusqu’en 2013, ou bien la France peut toujours déclarer l’état d’urgence en Algérie, et ce, malgré l’indépendance. En Arkansas, il est interdit de se doucher nu, ou au Malawi, d’avoir des flatulences en public.

1
COMMENTEZ

avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
Louis Francisco Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Louis Francisco
Invité
Louis Francisco

Je pense que vous aurez du mal à trouver quelle loi interdirait d’appeler un cochon Napoléon. Je suis certain qu’elle n’existe pas.
Quant à la loi relative à l’état d’urgence, les références à l’Algérie en ont été retirées par une loi du 17 mai 2011 visant à la simplification et l’amélioration de la qualité du droit