— motive56 / Shutterstock.com

Le dioxyde de carbone est un gaz à effet de serre qui participe grandement au réchauffement climatique. Ainsi, trouver des méthodes pour l’extraire de l’air afin de le purifier est un enjeu très important. Dans une nouvelle découverte prometteuse, des chercheurs ont réussi cet exploit, et ont même pu transformer ce gaz en carburéacteur.

Une méthode efficace pour aider à réduire l’empreinte carbone du transport aérien

Alors que les préoccupations concernant le changement climatique ne cessent de croître de jour en jour, les scientifiques cherchent depuis quelques années à convertir le dioxyde de carbone en hydrocarbures synthétiques durables à des fins de transport. Le secteur du transport étant l’un des domaines d’activités émettant le plus de gaz à effet de serre, cela serait en effet un grand pas dans la lutte contre le changement climatique. Dans cette optique, une équipe de chercheurs de l’université d’Oxford et de l’université de Cambridge a réussi à transformer le CO2 en carburéacteur.

Pour le moment, l’expérience n’a été réalisée qu’à très petite échelle, mais les scientifiques espèrent que cette percée puisse contribuer à réduire l’empreinte carbone dans le secteur du transport aérien, a rapporté Wired. Pour réaliser leur expérience, les chercheurs ont utilisé un processus appelé méthode de combustion. Cela consiste à utiliser un catalyseur à base de fer, de potassium et de manganèse, combiné avec de l’hydrogène, de l’acide citrique et du dioxyde de carbone, et chauffé à 350 °C. Le procédé permet de forcer les atomes de carbone à se dissocier des atomes d’oxygène des molécules de CO2.

Une fois ces atomes de carbone agglomérés avec des atomes d’hydrogène, cela produit un type de molécules d’hydrocarbures qui peut être utilisé comme carburéacteur liquide. À noter que le processus a également abouti à la création de molécules d’eau et d’autres produits, le carburéacteur représentant 48 % des produits obtenus. Selon les résultats de l’étude publiés dans la revue Nature Communications, ce procédé a permis de convertir 38 % du CO2 contenu dans une chambre pressurisée en 20 heures.

― dragunov / Shutterstock.com

Un procédé prometteur, mais encore limité

Par ailleurs, cette approche a l’avantage d’être peu coûteuse, simple et utilise des matériaux courants. C’est notamment moins cher que les procédés utilisés pour transformer l’hydrogène et l’eau en carburant. Quoi qu’il en soit, de nombreux défis sont encore à relever pour que ce carburéacteur dérivé des émissions de CO2 soit effectivement utilisé dans des avions. Nous pouvons entre autres citer le défi d’une production à grande échelle du carburéacteur, ainsi que les méthodes pour une capture plus étendue du CO2 dans l’atmosphère. Malgré tout, les chercheurs sont optimistes, et ont évoqué la possibilité de partenariats industriels, a rapporté Engadget.

Le plus grand défi à relever serait donc maintenant la rapidité dans l’application de cette nouvelle méthode de production de carburéacteur à grande échelle pour que cela puisse effectivement aider dans la lutte contre le changement climatique. Il est également important de noter que ce nouveau procédé n’est pas la première tentative réussie pour transformer le dioxyde de carbone en biocarburant. En la matière, nous pouvons citer l’exemple d’un complexe industriel canadien qui collecte le CO2 dans l’atmosphère dans un procédé similaire à ce que l’on observe chez les plantes.

6
COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
4 Fils de commentaires
2 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
5 Auteurs du commentaire
Palou84FirstKekede simple bon sens !DEMOULIN Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
de simple bon sens !
Invité
de simple bon sens !

Ce n’est ,à mon avis, qu’une variante du procédé « Fischer-Tropsch » qui permettait la synthèse d’alcanes ( comprendre la synthèse de produits pétroliers à partir de la réaction de l’eau sur le charbon … on obtenait un mélange d’hydrogène et de CO …. tout cela est connu depuis 1920 (!) c’est… Lire la suite »

Keke
Invité
Keke

Hum, au bout du compte, si le carburéacteur est brûlé, le carbone se retrouvera tout de même dans l’atmosphère. Aura-t-on récupéré plus d’énergie pour un litre de carburant initial ? Pas certain car la transformation évoquée de mande de l’énergie. Que les chercheurs cherchent, c’est leur travail et c’est utile.… Lire la suite »