— Novikov Aleksey / Shutterstock.com

La Chine a une imagination très débordante. En effet, des chercheurs chinois affirment avoir mis au point une nouvelle intelligence artificielle qui peut juger, accuser et même envoyer en prison des personnes reconnues coupables de crimes. Cette invention est la première au niveau mondial puisqu’elle peut identifier la peine à laquelle la personne est condamnée. L’État de Shanghai affirme que ce dispositif sera très utile car, depuis sa phase de test, il aurait déjà jugé plus de huit infractions courantes en Chine.

Une précision de 97 %

En Chine, une nouvelle intelligence artificielle peut juger et envoyer des personnes en prison. Les chercheurs qui ont mis au point cette technologie affirment que ce dispositif est capable d’apporter une précision de plus de 97 %. Elle aurait également été conçue pour traiter plus de 17.000 dossiers. La cour de Shanghai a testé cette machine et l’a entièrement validée.

D’ailleurs, le tribunal de Shanghai affirme que cette technologie peut identifier les huit crimes les plus courants de la ville tels que la conduite dangereuse, les fraudes par carte de crédit, les jeux d’argent et d’autres infractions. Plusieurs districts de Chine ont également testé la machine et ont été satisfaits. Certains attendent d’ailleurs une version améliorée de cette intelligence artificielle.

Cependant, même si c’est une intelligence artificielle, il y a toujours des possibilités d’erreur. Les chercheurs chinois indiquent effectivement une précision de 97 %. Cependant, le risque d’être induit en erreur reste élevé. La machine a été conçue pour réduire les heures quotidiennes des procureurs afin qu’ils puissent se consacrer aux tâches plus difficiles.

― Hung Chung Chih / Shutterstock.com

Plusieurs magistrats s’opposent à l’utilisation de cette machine

Même si cette intelligence artificielle a l’air d’être très appréciée, certains procureurs sont contre son utilisation. En effet, ces procureurs pensent qu’elle n’est pas bénéfique et qu’elle réduit juste le temps de travail des avocats et magistrats. Ils s’opposent ainsi au fait d’avoir fait plus de 7 ans d’études en droit et d’être ensuite remplacés par une machine intelligente qui peut faire sortir en quelques secondes les données acquises durant leur parcours.

D’ailleurs, il y aurait une forte possibilité d’erreur avec un grand risque d’usage de fraude puisque c’est la machine qui examinera les preuves et le témoignage des victimes. Une petite modification peut donc changer toutes les éventuelles décisions que la machine prendra. Affaire à suivre.

1
COMMENTEZ

avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
Hannibal Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Hannibal
Invité
Hannibal

Bientôt en France avec nos zamis de chez Palantir…