chien
― xkunclova / Shutterstock.com

D’après le dicton, le chien est le meilleur ami de l’Homme. En effet, c’est sans doute l’animal de compagnie le plus répandu dans le monde. Beaucoup aimeraient donc mieux comprendre ces affectueux animaux. Dans une étude fascinante, les chercheurs nous donnent un aperçu de leur façon de voir le monde.

Les chiens ont été placés dans un appareil IRM

Une étude fascinante publiée dans la revue Journal of Visualized Experiments donne un aperçu unique de la façon dont les chiens voient le monde.

Pour cette étude, les scientifiques ont mené leurs recherches sur deux chiens, Daisy et Bhubo. Ces derniers ont été placés dans un appareil IRM pendant qu’ils regardaient des vidéos montrant d’autres chiens courir ou interagir avec des humains, des humains donnant des friandises à leurs animaux de compagnie, ou encore un cerf traversant une route.

Les deux chiens ont chacun visionné des vidéos de 90 minutes, divisées en trois sessions de 30 minutes. Les chercheurs notent que l’expérience a été possible grâce aux techniques d’enseignement conçues par le psychologue Gregory Berns. En adoptant ces techniques, Daisy et Bhubo étaient complètement éveillés, alertes et à l’aise dans l’appareil.

https://twitter.com/dana_fdn/status/1341426019891232769

Les résultats de l’étude

Pour pouvoir effectuer une comparaison, les scientifiques ont également soumis deux humains à un appareil IRM pendant qu’ils regardaient des vidéos. Dans les deux cas, c’est-à-dire pour les chiens et pour les humains, les données vidéo ont été segmentées de sorte à distinguer les objets (chiens, humains, véhicules, autres animaux, etc.) des actions (courir, manger, jouer, renifler, etc.).

Résultats : les humains sont plutôt orientés vers les objets tandis que les chiens sont plus préoccupés par les actions. Les chercheurs expliquent que leur sensibilité aux actions est peut-être due au fait qu’ils doivent être plus conscients des menaces dans leur environnement que les humains. Cependant, cette sensibilité pourrait également être liée à leur dépendance à d’autres sens.

Erin Phillips, l’auteure principale de l’étude, indique que ces recherches pourraient aider d’autres chercheurs à collecter davantage d’informations sur la façon de penser des animaux en appliquant la même méthode.

S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
Le plus populaire
plus récent plus ancien
Inline Feedbacks
View all comments
lydia aoustin
lydia aoustin
1 mois

ok et ???? on n’apprend rien là , à quoi sert cette expérience ?????