chien plage
Image d’illustration ― 1stGallery / Shutterstock.com

« Le chien est le meilleur ami de l’Homme », dit le proverbe. Et cette histoire qui se déroule à Lima au Pérou en est la preuve. Tous les jours, un chien se rend à la plage pour attendre le retour de son maitre, malheureusement décédé il y a de nombreuses années.

C’est une histoire extrêmement touchante qui se passe à Lima au Pérou. Un chien se rend chaque jour à la plage pour attendre le retour de son maitre, rapporte le site Demotivateur. Mais malheureusement, ce pêcheur est décédé il y a plusieurs années en mer.

C’est une promeneuse qui partage cette adorable histoire. En se baladant sur une plage de Lima, Jolie Mejía a croisé la route de ce chien. En voyant son collier, elle a d’abord pensé que son maitre n’était pas loin : « Il était propre, alors je l’ai caressé en attendant son maître, mais les minutes ont passé et personne n’est venu », a-t-elle indiqué.

Un habitant lui a alors raconté cette triste histoire : « Il nous a dit que l’animal a vécu avec un pêcheur qui a perdu la vie il y a longtemps. Depuis, le chien vient ici tous les jours et regarde la mer », explique Jolie Mejía. Surnommé Vaguito, ce chien a maintenant une nouvelle propriétaire mais il se rend quand même chaque jour à la plage pour attendre le retour de son ancien maitre. Les animaux ne cesseront donc jamais de nous surprendre.

Une histoire émouvante qui prouve que le chien est définitivement le meilleur ami de l’Homme et que les animaux sont également des êtres avec des sentiments. Par ailleurs, saviez-vous qu’un chien a fidèlement gardé la tombe de son maître pendant 12 ans ?

Jolie Mejía a partagé des photos de l’adorable animal sur la plage.

S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
Le plus populaire
plus récent plus ancien
Inline Feedbacks
View all comments
rustinette
rustinette
1 mois

je suis triste pour ce chien, j’ai un chien et un chat et je souhaite mourir avant eux pour qu’ils ne se sentent pas abandonnés , les animaux sont beaucoup plus fidèles et attachés aux humains que l’humain à l’humain.