— Limbitech / Shutterstock.com

Parvenir à rendre Mars habitable constitue l’un des grands rêves de l’humanité. Si la planète possède de nombreux atouts, notamment de l’eau gelée sous sa surface et des journées d’une longueur similaire à celles de la Terre, elle se révèle cependant dépourvue d’une caractéristique cruciale : un champ magnétique puissant.

Un champ magnétique planétaire

Toute présence humaine à long terme sur Mars qui ne confinerait pas les colons dans des enceintes hermétiques dépendrait d’une atmosphère stable qui ne perdrait pas trop de particules et n’exposerait pas les corps humains à de hauts niveaux de radiations. Aujourd’hui, des chercheurs issus d’un grand nombre d’universités et d’organisations, dont le scientifique en chef de la NASA, James Lauer Green, suggèrent de protéger les humains des conditions atmosphériques mortelles en relançant le champ magnétique de la planète rouge.

« Pour établir une présence humaine durable sur Mars, il faudrait réfléchir sérieusement à la terraformation de la planète », écrivent les chercheurs dans un article à paraître début 2022 dans la revue Acta Astronautica. « L’une des principales exigences pour une telle terraformation est de disposer de la protection d’un champ magnétique planétaire, ce qui n’est pas le cas actuellement sur Mars. »

La Terre possède un champ magnétique puissant, mais celui de Mars se révèle notoirement faible et fragmenté. L’un des premiers objectifs de la terraformation serait d’augmenter la pression atmosphérique au-dessus de la limite Armstrong, le seuil qui permet aux humains de survivre sans combinaison pressurisée intégrale. En dessous de celle-ci, l’eau contenue dans les poumons, les yeux et la salive se met spontanément à bouillir.

— Stockbym / Shutterstock.com

Quelle serait donc l’ampleur du champ magnétique nécessaire pour protéger Mars et les humains qui pourraient un jour y vivre ? Étonnamment, l’équipe explique que la force nécessaire pour dévier le vent solaire est à peu près la même que celle d’un aimant de réfrigérateur ordinaire. Mais il faudrait la générer sur l’ensemble de la planète, ce qui représente un défi de taille.

Différentes approches nécessitant des ressources considérables

Parmi les pistes étudiées pour y parvenir, les chercheurs évoquent le redémarrage et la circulation du noyau de fer de Mars, la création d’une boucle solide continue ou d’une boucle d’aimants à l’état solide, ou l’utilisation d’une chaîne de sources couplées avec un faisceau contrôlé ou un tore (ou anneau) de plasma de particules chargées avec un courant artificiel. Cela signifie qu’il existe des options qui incluent du matériel dans des endroits aussi variés que la surface et l’orbite martienne.

Bien que chacune d’entre elles présente des avantages et des inconvénients, l’équipe a conclu que la réanimation du noyau de la planète rouge est la moins réalisable, et que la création d’un tore de plasma avec des matériaux provenant de la Lune n’éroderait pas de manière significative les satellites de Mars.

Inutile de dire que la création d’un champ magnétique nécessiterait des ressources considérables. Le minimum absolu de puissance nécessaire serait d’environ 10¹⁷ joules, soit la quasi-totalité de la consommation électrique de tous les humains sur Terre en 2020. Par conséquent, nous devrons probablement utiliser des réacteurs à fission nucléaire comme source d’énergie, se révélant de toute façon indispensables pour une colonisation permanente, selon l’équipe.

1
COMMENTEZ

avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
1 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
Gilot Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Gilot
Invité
Gilot

De si grands scientifiques ne savent-ils pas que l’homme ne peut vivre sans l’influence du champ magnétique terrestre ?