Est-ce que les smartphones et autres écrans affectent le cerveau des enfants ? C’est une question épineuse sur laquelle se penche actuellement le NIH (National Institutes of Health), un institut de santé américain. Leurs premières conclusions sont surprenantes, puisque les scientifiques ont relevé un amincissement prématuré du cortex, la couche extérieure du cerveau qui traite l’information des cinq sens. Une différence significative dont les conséquences ne sont pas encore connues.

 

LE CORTEX DES ENFANTS MODIFIÉ PAR LES ECRANS

Les écrans, et notamment les smartphones, auraient des impacts négatifs sur les jeunes. Une étude révélait qu’un adolescent sur son portable plus de 5 h par jour a 66 % de risques en plus d’être suicidaire. Mais qu’en est-il des enfants et des bambins, qui voient également leur quota de temps passer devant les écrans exploser ? Alors, les scientifiques du NIH (National Institutes of Health) essayent actuellement de comprendre comment tout ce temps passé devant les écrans influe sur le développement physique du cerveau des enfants, sur leur développement émotionnel et leur santé mentale.

Avec un budget de 300 millions de dollars, ils lancent une vaste étude, via 21 sites à travers les Etats-Unis, pour interroger pendant une décennie plus de 11.000 enfants de neuf à dix ans et scanner leur cerveau. Les tout premiers résultats ont été présentés par le Dr Gaya Dowling dans une interview accordée à la chaîne CBS. Les premières données provenant de scintigraphies cérébrales de 4.500 participants révèlent que certains enfants qui utilisent des smartphones, tablettes et jouent aux jeux vidéo plus de sept heures par jour présentent un amincissement prématuré du cortex, cette couche extérieure du cerveau qui traite l’information des cinq sens.

Pixabay

 

LES CAUSES ET LES CONSÉQUENCES RESTENT FLOUES

Bien que cette modification du cortex soit considérée comme un processus de vieillissement, les scientifiques ne savent pas encore pourquoi le cerveau de ces enfants est différent, ni s’il s’agit d’une mauvaise chose. En somme, les causes et les conséquences sont encore floues. Cette étude prévue sur dix ans apportera donc progressivement des résultats et des explications, qui commenceront à être publiés dès début 2019. Néanmoins, les premiers résultats de cette grande étude du NIH révèlent un autre constat particulièrement inquiétant.

En effet, les enfants qui passent plus de deux heures par jour sur des écrans ont obtenu des scores inférieurs aux tests de logique et de langue. Le Dr Dimitri Christakis de l’Hôpital pour enfants de Seattle l’explique ainsi : « ce que nous savons des bébés qui jouent avec un iPad, c’est qu’ils ne transfèrent pas ce qu’ils apprennent de l’iPad dans le monde réel ». Avec l’exemple d’applications de legos et de blocs virtuels, il explique que l’action d’empiler, de construire « n’est pas une compétence transférable. Ils ne transfèrent pas les connaissances de deux à trois dimensions ».

Et on le sait, dans la même veine, l’utilisation des écrans perturbe l’apprentissage de l’écriture de nos enfants. Alors, si vous comptiez offrir une tablette ou un smartphone à un petit pour Noël, il serait peut-être plus prudent de laisser ce cadeau de côté et de privilégier des jouets qui permettent aux enfants d’apprendre tout en s’amusant ! Le principe de précaution est de mise, en attendant les résultats ultérieurs de la vaste étude du NIH.

Pixabay

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de