— N. Antoine / Shutterstock.com

Alors qu’il devient urgent de trouver une alternative au pétrole pour les transports, les initiatives présentées comme solutions d’avenir ne sont pas forcément viables. Les résultats d’une étude commandée par les Pays-Bas avancent que les camions roulant au gaz naturel liquéfié (GNL) polluent bien plus que les camions alimentés au diesel. 

L’alternative au pétrole

Vous avez sûrement déjà aperçu, si vous habitez dans certaines villes de France ou d’ailleurs, ces indications sur les transports en commun : « Je roule au gaz naturel ». Afin de réduire la dépendance de l’Europe au pétrole, les institutions européennes ont promu largement le remplacement des carburants traditionnels, notamment par des carburants à base de gaz naturel. Par exemple, la directive AFI adoptée par le Conseil de l’Union européenne en 2014 planifiait le déploiement d’une offre de ravitaillement pour particuliers en énergies propres, c’est-à-dire un réseau de bornes de recharge pour les voitures électriques et des stations de ravitaillement en gaz naturel liquéfié (GNL).

Les enjeux économiques sont énormes, notamment dans l’importation du gaz américain, comme le présentait Le Point en 2018. Afin de connaître réellement les conséquences environnementales d’une telle transition, une étude réclamée par le gouvernement des Pays-Bas, conduite par la TNO (organisation néerlandaise de recherche scientifique appliquée) et publiée mi-septembre par Transport et Environnement (T&E), fédération européenne indépendante étudiant notamment l’impact des transports européens sur le climat, visait à étudier les émissions générées par les véhicules alimentés au gaz naturel liquéfié, en particulier pour les poids lourds.

Des résultats édifiants

Les résultats montrent un fort taux d’émission de NOx, les oxydes d’azote dangereux pour la santé, au coeur du scandale du dieselgate révélé en 2015 : à trop grande quantité, le NOx affecte profondément les systèmes respiratoires et contribue au phénomène d’effet de serre.

T&E est formel : « Les trois camions GNL testés émettent entre 2 et 5 fois plus de NOx toxiques que le camion diesel ayant obtenu les résultats les plus bas lors d’un cycle de conduite en ville, sur routes régionales et sur autoroutes. » Du moins au plus polluant, les camions roulant au GNL testés n’ont jamais montré d’émissions de NOx réduites par rapport aux camions diesel — au contraire, elles sont égales à la moyenne ou bien supérieures. Par ailleurs, les camions circulant au biométhane ne seraient pas différents, car « les caractéristiques des deux carburants sont les mêmes ».

Face à la menace des émissions carbone, et les objectifs politiques visant la neutralité carbone pour 2050, Transport & Environnement explique que « les camions au gaz ne représentent aucune perspective pour la décarbonisation des camions ». Au cours de l’étude, les camions Scania et Iveco testés enregistraient des émissions de gaz à effet de serre peu réduites — T&E affirme qu’après calcul du coût environnemental de l’extraction, la transformation et le transport du gaz, les camions GNL sont « plus nocifs pour le climat que les camions diesel ».

La nécessité d’autres plans pour le transport, pour protéger l’environnement et l’humain

Ces données sont d’autant plus troublantes que les constructeurs assuraient que les émissions de particules en utilisant le GNL étaient « presque complètement éliminées » (selon le constructeur Scania ; voir aussi le GNL promu comme « énergie d’avenir » par l’entreprise Elengy).

Les résultats d’émissions de particules au kilomètre atteignent les mêmes ordres de grandeur entre les camions diesel moyens et les camions alimentés au GNL. L’argument écologique ne peut donc tenir, quand les constructeurs promouvaient largement le caractère très « propre » de ces nouveaux carburants. Scania affirmait en 2015 que « les emissions d’oxyde d’azote sont réduites de plus d’un tiers », ce que démentent clairement les résultats de l’étude, et qui pousse T&E à s’alarmer de l’impact sur la qualité de l’air dans les zones urbaines.

Le rapport accuse directement les gouvernements, ayant mis en place des réductions importantes de taux d’importation sur le gaz — et demande l’arrêt de celles-ci, car elles encouragent trop ce marché en fort développement. De même, T&E demande une réelle prise de conscience sur le gaz naturel en tant qu’alternative propre et sans émission, devant le réel danger pour l’homme et pour la planète.

COMMENTEZ
2

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
2 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
1 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
2 Auteurs du commentaire
Jourdain StephaneJean-Marc Wibart Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Jean-Marc Wibart
Invité
Jean-Marc Wibart

Ne peut on pas utiliser les poids lourds électriques d Elon Musk recharges par le photovoltaïque comme il le prose pour ses voitures. De plus les batteries nouvelles sont moins polluantes, lire les recherches de Toyota et d’Elon Musk.

Jourdain Stephane
Invité
Jourdain Stephane

Dans cette étude ils integrent les données de production du gaz ai si que les données coût du transport depuis gaz de schiste usa. Hors nous pourrions produire du biomethane local avec nos déchets, tout en produisant aussi de la chaleur durant la production de biomethane. Les rendements, coûts et… Lire la suite »