Des chercheurs ont réussi à connecter le cerveau de 3 personnes pour partager leurs pensées

Surnommé BrainNet, ce système mis au point par des neuroscientifiques permet à plusieurs personnes de partager leurs pensées grâce à un réseau de connexions cérébrales à trois voies. Selon ses créateurs, des expériences similaires pourraient être menées à plus grande échelle afin de connecter des réseaux entiers de personnes.

 

Mettre nos pensées en commun pour résoudre des problèmes majeurs

Fonctionnant grâce à la combinaison d’électroencéphalogrammes (enregistrant les impulsions électriques générées par l’activité cérébrale) et de stimulation magnétique transcrânienne (qui comme son nom l’indique va stimuler les neurones à l’aide de champs magnétiques), le système BrainNet pourra notamment être utilisé pour connecter de nombreux cerveaux et créer de véritables réseaux de partage de pensées, y compris sur la toile. Une véritable prouesse technologique dont les domaines d’applications seraient potentiellement infinis.

Comme l’ont précisé les chercheurs responsables de cette avancée majeure dans un article paru sur le site de l’Université de Cornell  : « BrainNet est à notre connaissance la première interface directe cerveau-cerveau non invasive permettant une résolution collaborative de problèmes. En d’autres termes, cette interface permet à trois sujets humains de collaborer et de réaliser une tâche en utilisant une communication directe de cerveau à cerveau ».

Sur ce schéma de l’expérience réalisée par les neuroscientifiques, les choix des deux expéditeurs (à gauche) sont transmis au receveur (à droite) via une stimulation magnétique © Cornell University Library

 

Un taux de réussite dépassant les 80 %

Pour les besoins de l’expérience (voir ci-dessus), deux « expéditeurs » jouaient à Tetris et devaient décider si les blocs qui apparaissaient devaient subir ou non une rotation en fixant l’une de deux lumières situées de part et d’autre de leur écran, qui clignotaient à une fréquence distincte afin de générer des signaux différents dans leur cerveau, captés par l’électroencéphalogramme. Ces choix étaient ensuite transmis au « récepteur » via une stimulation magnétique (générant des flashs de lumière dans son esprit) qui l’invitait à faire pivoter le bloc.

Avec un taux de réussite dépassant les 80 %, cette première expérience s’est révélée être un véritable succès pour les neuroscientifiques, qui espèrent dorénavant mettre au point des systèmes plus complexes qui nous permettront un jour de mettre en commun nos ressources mentales pour résoudre des problèmes d’envergure : « Ces résultats laissent penser que nous pourrons un jour créer des interfaces permettant la résolution coopérative de problèmes en utilisant un vaste réseau de cerveaux humains connectés ».

Si le système BrainNet s’avère pour l’heure très lent et nécessite des ajustements, il nous offre d’ores et déjà un bel aperçu des potentielles façons de communiquer dans le futur.

© Youtube

Parmi les êtres humains, on ne reconnaît pleinement l’existence que de ceux qu’on aime

— Simone Weil