Retour sur les origines de Booster Gold, ce super-héros prétentieux venu tout droit du XXVe siècle

DC Comics a son lot de personnages inconnus aux pouvoirs et destins fascinants. C’est le cas de Booster Gold, apparu dans le catalogue de DC Comics en 1986. Tout droit venu du futur, ce héros au costume coloré s’est chargé de monter sa propre société à notre époque, espérant faire mieux que ses prédécesseurs. Retour sur ce mystérieux personnage de Gotham, trop longtemps ignoré.

En 1986, notre héros, Michael Jon Carter de son vrai nom, fait son entrée dans l’univers de DC Comics sous l’impulsion de Dan Jurgens, son créateur. Dessinateur et scénariste, ce dernier est surtout célèbre pour son travail sur la mort de Superman et pour avoir participé au développement des aventures de Thor, Captain America ou Iron Fist. Au milieu des années 80, il se lance dans la création des récits de Booster Gold en lui offrant sa propre série, chose rare pour un nouveau personnage.

booster-gold-superman

Avant d’être un super-héros et de rencontrer les plus grands personnages de la maison d’édition, Carter était un étudiant. C’est au cœur de Gotham, dans une famille pauvre du XXe siècle qu’il se découvre un talent certain dans le sport, le football américain. Après avoir obtenu une bourse d’étude, il rejoint l’équipe universitaire en tant que quarterback.

Sa mère tombée malade, sa toute nouvelle carrière s’annonçait pouvoir régler tous ses problèmes mais son besoin d’argent, nécessaire à l’obtention de traitements, prit vite le dessus sur son plaisir de jouer. Très vite, il paria sur les matchs auxquels il participait et finit par perdre son intégrité en profitant de sa position pour tricher lors des évènements sportifs.Il ne fallut pas longtemps avant que le sportif ne soit démasqué, jugé et envoyé en prison. Ce jugement finit d’achever sa mère et Michael, esseulé, fut obligé d’assumer ses actions.

booster-gold-combat

Sa carrière annihilée et ses mois de prison révolus, Michael devint veilleur de nuit dans un musée. Ce musée, érigé en l’honneur des super-héros du passé, rassemble les objets les plus cultes et autrefois puissants que nous connaissons aujourd’hui. Inspiré par ces personnages d’exception, il décida de se transformer, lui aussi, en justicier. Il vola la technologie de Brainiac 5 ainsi que la machine à remonter le temps de Rip Hunter, un héros qui, curieusement, ressemblait fortement à son père…

Accompagné de Skeet, le robot du musée chargé de répertorier tous les évènements mineurs et majeurs du passé, il revint au XXe siècle pour s’y créer une nouvelle vie et une nouvelle image, celle de Booster Gold. Sa première action dans cette nouvelle époque fera de lui l’un des héros les plus adorés de son temps : sauvant le président des Etats-Unis lors de sa toute première mission, il devint à la fois célèbre et riche avant d’être arnaqué par son nouveau manager, le laissant sans le sou.

booster-gold

Fier, un brin égoïste et prétentieux, Booster Gold ne fait pas partie des plus appréciés au sein de la communauté des héros mais cela ne l’empêchera pas de se joindre aux plus grandes aventures de la continuité de DC. A travers sa longue carrière, l’homme rencontrera la Justice League, les Maîtres du temps et bien d’autres avant d’être assimilé au reboot de DC Comics dans les New 52.

Booster Gold, à défaut de faire partie des personnages les plus célèbres de DC Comics, en est l’un des plus fascinants. Sa capacité à voyager dans le temps et son histoire avec Rip Hunter en font un héros surprenant, toujours là au bon endroit, qu’on apprécie retrouver dans les crossovers de la maison d’édition. Avec une telle création, Dan Jurgens a su apporter un vent de fraicheur sur le catalogue DC et il y a fort à parier que Michael vivra, dans les prochaines années, de longues heures de gloire méritées.


En 2015, 53% de la population française déclarait jouer aux jeux vidéo

— S.E.L.L.