— Xaki646 / Shutterstock.com

Une équipe australienne a évalué les performances d’un béton à base de vieux pneus en conditions réelles sur plusieurs années, et constaté qu’il surpassait son homologue traditionnel à plusieurs égards.

Des performances impressionnantes

Avec une empreinte carbone notoirement importante, le béton constitue une cible de choix pour les scientifiques cherchant à développer des matériaux de construction plus écologiques, incluant des revêtements routiers à base de vieux pneus, ainsi que du béton « vert » permettant de recycler les déchets de construction et le CO2. Décrite dans la revue Structures, la version mise au point par des chercheurs de l’université d’Australie du Sud et du RMIT intègre un part importante de caoutchouc, obtenue en broyant des pneus usagés.

Bien que les essais en laboratoire du matériau intégrant cette fine poudre (remplaçant jusqu’à 20 % du sable généralement mélangé au ciment et à l’eau pour obtenir un béton traditionnel) se soient révélés très prometteurs, il était indispensable d’évaluer sa fiabilité en conditions réelles.

Pour ce faire, les auteurs de l’étude avaient coulé en 2018 deux dalles de béton à base de pneus usés ainsi que deux dalles de béton classique, formant les entrées d’un laboratoire très fréquenté du campus de l’université d’Australie du Sud. Un suivi étroit au cours des quatre années suivantes a permis de confirmer le potentiel du nouveau matériau, qui a surpassé le béton traditionnel dans différents domaines.

— P.KASIPAT / Shutterstock.com

« Il présente une résistance aux chocs, une ténacité et une ductilité plus élevées, une capacité d’amortissement plus importante, une meilleure isolation thermique et phonique, et s’avère également plus léger », soulignent les chercheurs. « En ce qui concerne le pompage, la chape ou le lissage à l’aide d’une truelle électrique, les ouvriers n’ont pas non plus signalé de différence entre son utilisation et celle du béton conventionnel, affirmant même que le mélange à base de caoutchouc nécessitait globalement moins d’efforts physiques. »

Une alternative viable et durable

Lorsqu’il se dégrade et que les structures doivent être remplacées, le béton traditionnel exerce une pression supplémentaire sur l’environnement. Selon l’équipe, l’utilisation à grande échelle de ce matériau plus performant permettrait non seulement d’allonger la durée de vie des bâtiments, mais contribuerait également à résoudre le problème environnemental que représentent les pneus usagés, en offrant une seconde vie à ces équipements non biodégradables et difficilement recyclables.

« Les résultats montrent clairement que ce matériau à base de caoutchouc constitue une alternative viable et durable au béton conventionnel pour la construction résidentielle », conclut Yan Zhuge, auteur principal de l’étude.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments