Représentation artistique de Phiomicetus anubis en train de chasser. Pourvu de quatre pattes palmées et griffues, son corps rappelle celui d’un phoque, et son museau celui d’un dauphin rose — © Robert W. Booessenecker / CC BY-SA 4.0

De récentes analyses fossiles ont permis l’identification d’un nouvelle espèce de baleine préhistorique. Doté de quatre pattes, cet étrange mammifère amphibie évoluait sur notre planète il y a plusieurs dizaines de millions d’années.

Un redoutable prédateur préhistorique

On pense que l’évolution des baleines s’est déroulée à un rythme particulièrement rapide, tant et si bien qu’en l’espace de 10 millions d’années, leurs ancêtres sont passés du statut d’herbivores terrestres « semblables à des cerfs » à celui d’animaux marins carnivores. Décrit dans la revue Proceedings of The Royal Society B, le fossile étudié provient d’un protocétidé. Un type de baleine primitive de l’Éocène, ère géologique ayant début il y a 56 millions d’années et s’étant achevée il y a 33,9 millions d’années.

La nouvelle espèce a été baptisée Phiomicetus anubis, en référence à l’oasis du Fayoum, dans le Sahara occidental, où ce fossile vieux de 43 millions d’années a été découvert, et au dieu égyptien de la mort et de l’embaumement. Approchant les trois mètres de long pour un poids d’environ 600 kilos, l’animal aurait vraisemblablement été un prédateur supérieur au sein de son écosystème, comme peut l’être l’orque aujourd’hui.

Capable de marcher et de nager, cette créature préhistorique possédait de puissantes mâchoires pourvues de dents acérées, capables de déchiqueter un vaste éventail de proies, et se distinguait des autres protocétidés connus par la présence d’une fosse temporale allongée (un sillon peu profond sur le côté du crâne) et une disposition différente des os ptérygoïdes (formant une partie du palais osseux chez de nombreux vertébrés).

Les mâchoires de Phiomicetus anubis étaient pourvues de dents tranchantes

Mieux comprendre l’évolution des baleines

Qualifiée de « cruciale pour la paléontologie égyptienne et africaine », cette découverte réalisée par des scientifiques de l’université de Mansourah, en Égypte, nous éclaire sur l’écologie et l’évolution des premières baleines, passées de la terre ferme au milieu aquatique. De précédentes recherches avaient notamment révélé que le Pakicetus, un animal à quatre pattes de la taille d’une chèvre, était l’un des tout premiers cétacés (famille comprenant les dauphins, les orques et les baleines).

Bien qu’il ne s’agisse pas des premiers fossiles de baleine quadrupède découverts (les restes d’une telle créature avaient notamment été mis au jour sur le littoral péruvien en 2019), Phiomicetus anubis a été présentée comme la plus ancienne espèce semi-aquatique jamais découverte sur le continent africain.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de