Gobelets, tongs, sacs… Plus de 6 kilos de déchets plastiques retrouvés dans le ventre d’une baleine

Une centaine de gobelets, 4 bouteilles, 25 sacs plastique et 2 tongs, voila ce que contenait l’estomac de la baleine retrouvée échouée sur une plage du sud de l’Indonésie tard dans la nuit de lundi. Une triste découverte qui démontre une nouvelle fois l’ampleur et les ravages de la pollution dans les océans Indien et Pacifique.

 

Plus de 6 kilos de déchets plastiques

Cette baleine de 9,5 mètres de long était dans un état de décomposition si avancé au moment où elle s’est échouée sur la plage que les membres de la WWF Indonésie étaient dans l’incapacité de déterminer si le bloc de plastique de plus de 6 kilos retrouvé à l’intérieur de ses entrailles était à l’origine de sa mort. Comme l’a expliqué Dwi Suprati, coordinateur de la conservation des espèces marines à la WWF : « Bien que nous n’ayons pas été en mesure de définir la cause de sa mort, les quantités de plastique retrouvées dans son estomac sont énormes ».

Habituellement, les cachalots femelles adultes peuvent mesurer jusqu’à 11 mètres de long et peser 13 à 14 tonnes, contre 18 mètres de long et 35 à 45 tonnes pour les mâles adultes. Ces géants marins se nourrissent principalement de calmars, de poissons, de raies et de poulpes d’eaux profondes et consomment plus de 900 kilos d’aliments par jour. Et il semble que le plastique soit de plus en plus courant dans leur alimentation. Il y a quelques mois, un autre cachalot avait été retrouvé sur une plage espagnole, probablement tué par les 29 kilos de déchets plastiques qu’il avait ingurgité.

 

L’Indonésie est le second pays le plus polluant au monde

On trouve des baleines dans la totalité des océans de planète et le fait qu’elles évoluent dans les eaux indonésiennes n’a absolument rien de surprenant. Le pays se trouve en effet au milieu du Triangle de Corail, réputé pour la richesse de sa faune et sa flore et victime d’une importante pollution plastique. Selon une étude publiée en 2015 dans la revue Science, l’Indonésie est classée depuis 2010 au second rang des pays les plus polluants au monde en ce qui concerne la production de déchets plastiques, juste derrière la Chine, avec environ 3 millions de tonnes produites chaque année.

Luhut Binsar Pandjaitan, ministre indonésien chargé de la coordination des affaires maritimes a déclaré que la découverte de cette probable nouvelle victime de la pollution plastique sur le territoire indonésien démontrait l’absolue nécessité pour le gouvernement et ses citoyens de prendre conscience qu’il s’agissait « d’un ennemi commun » et de réduire son utilisation au plus vite. Selon les prévisions de son ministère, l’utilisation de produits à base de plastique en Indonésie devrait être réduite de 70 % d’ici 2025.


Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux