― Craig Lambert Photography / Shutterstock.com

Chassées par les hommes, la population de baleines à bosse a fortement diminué au cours des 18e et 19e siècles. Fin février dernier, les autorités australiennes ont annoncé que l’espèce avait été retirée de la liste des espèces menacées du pays.

Une augmentation significative de la population au cours des dernières décennies

C’est une excellente nouvelle ! La baleine à bosse n’est désormais plus une espèce menacée en Australie, rapporte The Guardian.

C’est la première fois en soixante ans que les baleines à bosse ont été retirées de la liste des espèces menacées de l’Australie. Saluant les efforts de conservation mis en place, les autorités indiquent que cette décision a été prise en raison d’une augmentation significative du nombre d’individus au cours de ces dernières décennies.

« Ce retrait de la liste des espèces menacées est basé sur la science et envoie un signal clair sur ce qui peut être réalisé grâce à une action coordonnée. C’est un message d’espoir pour le bien-être d’un certain nombre d’espèces », a déclaré Sussan Ley, la ministre australienne de l’Environnement, soulignant que le nombre de baleines à bosse dans les eaux australiennes est passé de 1 500 à environ 40 000.

— Sean Steininger / Shutterstock.com

Une célébration prématurée ?

Bien que le retrait de l’espèce de la liste des espèces menacées soit une excellente nouvelle, certains défenseurs des animaux et de l’environnement craignent qu’il ne s’agisse d’une décision prématurée. Alexia Wellbelove, directrice de campagne pour le groupe d’activistes Humane Society International, explique que les environnementalistes apprécient les efforts entrepris pour la conservation des baleines. Cependant, cette décision pourrait pousser à un relâchement des mesures et entraîner un nouveau déclin de l’espèce.

En outre, le changement climatique pourrait également avoir un impact sur la population marine. Dans une étude de 2019 concernant l’impact de la chasse à la baleine historique et du futur changement climatique sur les baleines à fanons dans l’océan Austral, les scientifiques indiquent que des déclins préoccupants, et d’éventuelles extinctions locales, sont à craindre d’ici l’année 2100.

Ainsi, Alexia Wellbelove espère que les autorités et la communauté scientifique continueront de surveiller l’évolution de l’espèce. Elle recommande notamment « une restauration rapide de leur statut menacé si les données indiquent que cela est nécessaire ».

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments