© Noyo Center for Marine Science

Un cadavre d’une mystérieuse baleine a récemment été trouvé sur une plage en Californie. Mystérieuse ? En effet, elle a… un bec. Explications.

Une mystérieuse découverte

Le cadavre retrouvé le 15 mai dernier sur une plage de la réserve naturelle de l’État de Jug Handle, près de Fort Bragg, en Californie, est celui d’une espèce de baleine à bec. Un spécimen rarement vu échoué et qui présente des blessures sur le visage et plusieurs éraflures sur tout le corps. Les experts ne connaissent pas la cause de ces blessures, ni comment elle est décédée. Ils ne savent pas non plus précisément à quelle espèce précise appartient ce cétacé au nez pointu tel un dauphin.

L’animal semblait mesurer environ 4,9 mètres de long. C’est une équipe du Noyo Center for Marine Science qui a récupéré le corps avec l’aide de chercheurs de l’Académie des sciences de Californie (CAS), à San Francisco. Afin d’identifier la baleine, des échantillons de graisse, de crâne et d’organes ont été recueillis puis envoyés à la National Marine Mammal Tissue Bank de Charleston, en Caroline du Sud, pour être analysés.

Des baleines peu connues

Si peu de choses sont connues au sujet de cet animal, les spécialistes pensent tout de même qu’il pourrait appartenir à la famille des Ziphiidae. D’après eux, il existe environ deux douzaines d’espèces. Toutefois, parmi elles, seules quelques-unes, dont la baleine à bec de Baird et la baleine à bec de Cuvier, ont fait l’objet d’études. À savoir également : ces baleines peuvent « plonger plus profondément que tout autre mammifère marin », a expliqué le Noyo Center dans un post Facebook. Une incroyable capacité de plongée qui les rend difficilement visibles.

Pour les experts, le spécimen récemment échoué est possiblement une baleine à bec de Hubbs (Mesoplodon carlhubbsi) ou bien une baleine à bec de Stejneger (Mesoplodon stejnegeri), comme l’a expliqué Moe Flannery, responsable principal des collections d’oiseaux et de mammifères marins au CAS, au site d’information SFGate. Cependant, il pourrait également s’agir d’une baleine à bec à dents de Ginkgo (Mesoplodon ginkgodens) ou d’une baleine à bec pygmée (Mesoplodon peruvianus), comme a pu le préciser à Live Science Sascha Hooker, biologiste des mammifères marins à l’université de St. Andrews, en Écosse.

Un tragique évènement prometteur pour les sciences marines

Si tout demeure encore bien mystérieux quant à l’identification de cette baleine, « le séquençage de l’ADN des échantillons de tissus de la baleine aidera à déterminer l’espèce exacte », a ajouté Sascha Hooker. De plus, les chercheurs du Noyo Center espèrent qu’un tel évènement, malheureusement, nous en apprendra malgré tout beaucoup sur les baleines à bec.

« Je pense que c’est parfois très émouvant de voir ces animaux échoués sur le rivage et de les voir de si près », a précisé Trey Petrey, le responsable des installations d’interprétation du Noyo Center qui a aidé à retirer la baleine morte de la plage, à SFGate« C’est un peu déchirant de les voir morts, mais c’est une bonne expérience pour quiconque s’intéresse aux sciences marines d’avoir l’opportunité de voir un spécimen comme celui-là. »

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments