Au Brésil, la croisade des anti-avortement est repartie de plus belle et prend un tournant de plus en plus radical. Ce dimanche 16 août, des militants, la plupart évangélistes, ont manifesté devant l’hôpital où une petite fille de 10 ans, violée par son oncle, devait subir une interruption de grossesse. La ministre des Droits des femmes elle-même avait déploré la décision de justice autorisant l’interruption volontaire de grossesse. Au Brésil, avorter est déjà extrêmement compliqué et autorisé que sous certaines conditions. Jair Bolsonaro, élu avec l’aide des évangélistes, avait affirmé que, lui au pouvoir, la législation n’évoluerait pas. Cette histoire en dit long sur la situation dramatique dans ce pays.

La petite fille a dû parcourir 1 500 km pour avoir accès à l’avortement autorisé par la justice

Le 7 août dernier, la petite fille de 10 ans se rend à l’hôpital après s’être plainte de douleurs abdominales. Son état de grossesse est décrété : elle était violée par son oncle, et affirme que cela se produisait depuis qu’elle avait 6 ans. Intimidée par ce dernier, elle n’a pas osé le dénoncer. L’homme, âgé de 33 ans, a été arrêté et mis en examen pour viol.

L’enfant a dû parcourir 1 500 km pour trouver une clinique acceptant de pratiquer l’intervention. Pourtant, la justice avait tenu compte du viol pour autoriser la fillette à avoir recours à une IVG. Elle s’est donc rendue à Recife, car le premier hôpital de son État avait refusé de s’occuper d’elle, arguant de « difficultés techniques », car elle en était à son 5e mois de grossesse. Une fois arrivée sur place, une foule de militants anti-avortement, ainsi que des hommes politiques, attendaient la petite fille et les personnes qui l’accompagnaient. Ils ont même tenté de les empêcher d’entrer en les malmenant. Pourtant, le lieu avait été gardé secret. C’est Sara Giromini, alias Sara Winter, qui a dévoilé l’identité de la petite fille ainsi que le lieu où elle devait être prise en charge. Elle est désormais poursuivie pour incitation à la haine. Ancienne militante féministe devenue militante anti-avortement, elle avait appelé à voter Jair Bolsonaro. Dans la vidéo où elle dévoile ces informations, elle tient une poupée en plastique de la taille d’un foetus en déclarant qu’il s’agit d’« une violation extrêmement grave des droits de la personne ! ». Mais ce n’est pas tout : les informations qu’elle a divulguées ont été confirmées par Damares Alves, ministre de la Famille, de la Femme et des Droits humains, et pasteure évangélique.

Image d’illusration ― Pixel-Shot / Shutterstock.com

Au Brésil, avorter reste pratiquement illégal

Des militantes féministes sont, de leur côté, venues porter assistance à la petite fille. Gabriela Rondon, avocate du mouvement pro-choix Anis, affirme que « les lois du Brésil sont clairement inadéquates et mettent en danger des millions de femmes. Selon nos chiffres, un demi-million de femmes doivent se soumettre chaque année à des avortements illégaux. C’est presque une femme par minute. » La petite fille a pu finalement entrer discrètement dans l’hôpital.

Cette histoire illustre la situation tragique des femmes brésiliennes face à la nécessité de recourir à un avortement. Ainsi, cette opération n’est autorisée qu’en cas de viol, de danger pour la vie de la mère où lorsque l’enfant souffre d’anencéphalie, malformation congénitale mortelle. Avec la pandémie de Covid-19, elles avaient de plus en plus de difficultés à avoir recours à une IVG, à cause de la fermeture des frontières qui les empêchaient de se rendre dans les pays voisins plus libéraux sur le sujet.

Depuis l’élection de Jair Bolsonaro, élu avec l’aide des évangélistes, la législation n’est pas près d’évoluer. Le 23 avril dernier, il déclarait : « Tant que je serai président, il n’y aura pas de [légalisation de l’IVG]… » Pourtant, comme le rappelle El País Brasil, une petite fille est violée toutes les heures dans ce pays. Les chiffres sont alarmants : ainsi en 2018, 53,8 % des 66 000 viols enregistrés concernaient des mineures de moins de 13 ans.

8
COMMENTEZ

avatar
3 Fils de commentaires
5 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
6 Auteurs du commentaire
Niesly MikadoJumainchristoforCorinne oudartPoint de vue Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
RUSTINETTE
Invité
RUSTINETTE

ah monde PATRIARCAL pauvre enfant, les pauvres enfants, les évangéliste bande de tarés extrémistes, égoïstes et assassins. aucun homme n’a le droit de prendre une décision concernant le corps de la femme surtout que c’est vous les hommes qui violent les fillettes et les femmes alors il est grand temps que tout cela cesse, le monde sera-t-il dans les rues pour cette atrocité ?? je n’en suis pas sure malheureusement, concernant les noirs et la violence policière,( qui existe depuis toujours) les gens étaient dehors, mais être une femme c’est pire que d’être noir, que d’injustice dans ce monde. tout… Lire la suite »

Jumain
Invité
Jumain

Heuuuuu… Si tu lis bien, la pauvre gamine à été pointé du doigt par plus de femme que d’homme. « mais être une femme c’est pire que d’être noir » voilà le drame actuel, chacun essaie de tirer la couverture à soi « Ouais mais moi je suis plus victime que les autres. » Chaque sexes, orientation sexuelle et couleurs de peau ont leurs difficultés et facilités, il serait temps de simplement apprendre à respecter chacun, et que ces « chacun » arrêtent de se victimiser et aille de l’avant. Si toutes les « causes » anti-machin ou anti-bidule se réunissait sous un même drapeau du respect de… Lire la suite »

christofor
Invité

Témoignage de Gitane Maltais (Québéquoise) violé, battue et laissée pour morte, enceinte à 15 ans : La naissance de l’enfant m’a guérie de mon viol. Le psychologue m’a dit « tu vas être maman » alors qu’en moi-même, je n’étais plus rien. Et l’enfant ne doit pas payer pour le crime du père… à vous de voir. Répondre au crime par un autre crime ressemble à une double peine plus qu’à une solution ou une renaissance !!!

Jumain
Invité
Jumain

Effectivement c’est un témoignage très enrichissant ! Mais chacun traverse les drames différemment, pour une autre elle pourrait être amener à détester l’enfant, qui même si il n’y est pour rien, représente l’agresseur ou même simplement parce qu’il n’a pas été désiré (Ce genre d’histoire est déjà arrivé aussi d’ailleurs.). De plus, l’histoire nous a bien appris que certains seront près à tout pour avorter dans les pires conditions. Ou alors ils abandonneront les enfants et créeront des milliers de pauvres petits orphelins ? Il faut que les femmes puissent choisir. (Sans la pression sociale.) Par contre il y a… Lire la suite »

Point de vue
Membre
Point de vue

Bonjour,
Nous sommes d’accord la vie des femmes n’est pas facile et on profite souvent d’elles.
La véritable source du problème sont les hommes qui abusent des enfants, des filles et des femmes.
On ne doit pas oublier qu’en cas de grossesse il y a deux corps de deux êtres humains.
Si on ne peut pas prendre de décision sur le corps d’un femme cela s’applique aussi bien à la maman qu’a l’enfant qui est presque né.

Corinne oudart
Invité
Corinne oudart

Une enfant de 10 ans n’est pas faite pour etre mère elle risque de mourir a l’accouchement vous ete des monstre si vous dite qu’elle n’aurrai pas du a vorter les 2 serai surement mort a l’accouchement et l’oncle devrait passer le reste de ses jour en prison

Niesly Mikado
Invité
Niesly Mikado

Qu’un enfant soit en cours ou non c’est à la mère de choisir son avenir et personne d’autre. Si celle decide d’en finir, c’est dans son droit car demain l’enfant, qui s’en occupera ? Les évangélistes ? Et qui s’occupera de la mère traumatisée à vie ? L’état ? C’est bien beau de critiquer mais les religions qui ont été créées pour nous contrôler et ce, depuis 1400 avant JC, donc fait récent, n’ont qu’engendrer menaces, guerres, soumissions, incultismes… Et aujourd’hui, beaucoup ignorent la souffrance de l’autre car nous devenons égoïstes, dénonciateurs, nombrilismes, individuels… Le monde n’est pas assez peuplé… Lire la suite »