Avatar_023 / Shutterstock.com

Les attaques de drones menées ce week-end contre deux sites pétroliers majeurs d’Arabie saoudite, premier producteur de pétrole au monde, ont réduit de moitié ses capacités de production.

Des répercussions mondiales

Selon le Financial Times, les rebelles houthis, au Yémen, ont revendiqué cette série de frappes coordonnées menées ce week-end par un escadron de dix drones (UAV) et ayant causé d’importants dégâts sur deux sites de production majeurs d’Arabie saoudite : l’usine de traitement d’Abqaiq et le champ pétrolifère de Khurais. Les premières estimations suggèrent qu’au moins 50 % de la production standard (ce qui représente environ 5,7 millions de barils par jour) a été perturbée, mais le ministre saoudien de l’Énergie a annoncé que les stocks dont dispose le pays allaient être utilisés afin de continuer à assurer l’approvisionnement de ses clients.

Les représentants du gouvernement américain ont rapidement blâmé l’Iran. Le secrétaire d’État Mike Pompeo a notamment déclaré que « l’Iran avait mené une attaque sans précédent visant l’approvisionnement en énergie mondial » et a appelé « toutes les nations à condamner publiquement et sans équivoque » ces attaques. Des allégations que le ministère iranien des Affaires étrangères a rejetées. Courant dans le cadre de conflits établis, ce type d’attaques montre une nouvelle fois les ravages que peut causer l’utilisation de cette technologie, relativement accessible, lorsqu’elle est dirigée sur ce type d’installations.

Les prix du pétrole s’envolent

Selon le conseil de sécurité des Nations unies, les rebelles houthis déploient des drones de petite et de moyenne taille, dans le cadre de leurs opérations. Principalement dédiés à la surveillance et à l’espionnage, ceux-ci peuvent également être équipés d’engins explosifs de la taille d’une grenade. Les experts de l’ONU estiment que l’utilisation de ce type d’appareils, assemblés à partir de composants de base provenant de l’étranger, est réduite sur le champ de bataille en raison de leur portée limitée. Bien qu’une variante, appelée UAV-X, possédant un rayon d’action et une autonomie accrus ait été découverte il y a quelques mois.

Au lendemain de l’attaque de drones sur ces deux installations pétrolières majeures d’Arabie saoudite, le prix de l’or noir a atteint son plus haut niveau en l’espace de quatre mois, avec une augmentation de 19 % pour le baril de brent (type de pétrole brut utilisé dans le monde entier comme référence pour définir les variations des cours en bourse), qui a atteint 71,95 dollars au cours du week-end d’après la BBC. Une véritable flambée qui pourrait se traduire rapidement par une hausse des prix à la pompe en France.

« On peut s’attendre assez rapidement à une augmentation de l’ordre de 4 ou 5 centimes. Les grandes sociétés répercutent au jour le jour l’évolution des prix sur le marché de Rotterdam sur l’essence et le gazole », a déclaré à l’AFP Francis Duseux, président de l’Union française des industries pétrolières.

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de