Quand on va dans l’espace, il existe certainement des contraintes inattendues liées au bien-être des astronautes. Si c’est la nourriture spatiale qui constitue le thème le plus célèbre dans ce domaine, il existe pourtant d’autres problèmes qu’il faut absolument résoudre, comme la lessive, notamment en ce qui concerne les sous-vêtements. Heureusement, une nouvelle méthode pour nettoyer les sous-vêtements spatiaux a été découverte.

Une solution pour pallier l’impossibilité de faire la lessive dans l’espace

Faire la lessive dans l’espace n’est pas une tâche évidente. Premièrement, la lessive est loin d’être une priorité absolue en ce qui concerne l’utilisation de l’eau dans l’espace, et apporter une très grande quantité de vêtements et de sous-vêtements est également exclu. En fait, les astronautes de la Station spatiale internationale (ISS) sont même contraints de porter les mêmes combinaisons spatiales, mais aussi les mêmes sous-vêtements spatiaux. « L’hygiène est toujours une préoccupation à bord de la Station spatiale internationale. Les astronautes portent leurs vêtements tous les jours en alternance », a expliqué Christophe Lasseur, spécialiste en sauvetage à l’Agence spatiale européenne (ESA), comme le rapporte Spacedaily.

Par la suite, les combinaisons et les autres vêtements souillés sont, soit rapportés sur Terre, soit mis en capsule et jetés dans l’espace pour qu’ils brûlent au contact de l’atmosphère. Rassurez-vous, le Liquid Cooling and Ventilation Garment ou LCVG (traduit par « vêtement de refroidissement et de ventilation liquide ») est en fait un vêtement près du corps que les astronautes doivent porter sous leur combinaison spatiale. Les LCVG, comme les combinaisons spatiales, sont portés pour les sorties extravéhiculaires, et sont en nombre limité à bord de l’ISS.

Ce genre de mission étant assez fréquent, porter des LCVG fraichement lavés ou neufs n’est pas possible. Et même s’il ne s’agit pas vraiment de sous-vêtement, devoir porter le LCVG sans que ce vêtement ressemblant à une grenouillère ne soit lavé n’est pas très hygiénique. Heureusement, il existe des techniques qui permettent de nettoyer ces combinaisons sans pour autant les laver. À défaut d’être lavé, une méthode pour améliorer les propriétés microbiennes du sous-vêtement pour le rendre plus hygiénique est actuellement en cours de développement.

— Vadim Sadovski / Shutterstock.com

Utiliser des microbes pour venir à bout des microbes

Cette méthode a notamment été élaborée par les chercheurs de l’ESA, en collaboration avec Vienna Textile Lab, une société autrichienne de biotechnologie. Ensemble, ils travaillent sur un projet intitulé « Biocidal Advanced Coating Technology for Reducing Microbial Activity » ou Bacterma. Ce projet consiste à produire de nouveaux matériaux textiles qui permettent de limiter l’activité microbienne en utilisant d’autres microbes et microorganismes sains de manière à ce que l’hygiène de la combinaison soit maintenue plus longtemps. Notons qu’actuellement, les tissus microbiens utilisés pour les LCVG utilisent de l’argent et du cuivre. Bien que ce soit plus ou moins efficace, les tissus antimicrobiens à base d’argent et de cuivre peuvent provoquer des irritations cutanées, a rapporté SciTechDaily.

De plus, ces métaux vont forcément ternir au fil du temps, alors que les microorganismes composant les nouveaux tissus de Bacterma sont susceptibles de durer beaucoup plus longtemps. Quant à la manière dont seront utilisés les produits bactériographiques de Vienna Textile Lab, il faut comprendre que ce sont des microorganismes qui produisent des métabolites secondaires. Cela signifie que ces composés colorés présentent des propriétés polyvalentes : ils sont antimicrobiens, antiviraux et antifongiques. Des propriétés très utiles pour se débarrasser des microbes des LCVG sans les laver.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de