© Rice University / Houston Methodist / Baylor College of Medicine

L’armée américaine se lance dans un projet ambitieux, frôlant la science-fiction. Pour améliorer les performances de ses soldats, l’institution veut mettre au point un casque permettant d’améliorer leur repos. Il s’agirait d’un appareil capable d’optimiser le nettoyage du liquide entourant le cerveau humain pendant le sommeil.

Une subvention de près de trois millions de dollars

Non ce n’est pas un film de science-fiction. L’armée américaine finance bien un casque pour « nettoyer » le cerveau des soldats pendant leur sommeil. Il s’agit ici d’un projet bien sérieux. L’étude est menée par des ingénieurs de l’université Rice au Texas, en collaboration avec l’hôpital Houston Methodist et le Baylor College of Medicine. Rien que pour la première année, l’équipe de recherche en charge de la conception du casque a reçu une subvention de 2,8 millions de dollars, soit environ 2,4 millions d’euros.

Cette technologie devrait permettre d’ajuster le flux du liquide cérébro-spinal (LCS), qui est aussi connu sous le nom de liquide céphalo-rachidien. Pour rappel, les scientifiques ont découvert en 2012 que le liquide en question débarrasse le cerveau des déchets métaboliques pendant le sommeil. Pour certaines personnes, le sommeil est souvent perturbé. Ainsi, le corps n’a pas toujours le temps d’effectuer un nettoyage et le liquide cérébro-spinal reste pollué.

— Syda Productions / Shutterstock.com

Un casque pour traiter certaines maladies

Le casque permettra également de mesurer l’activité électrique avec un électroencéphalogramme (EEG) et le flux sanguin avec un rhéoencéphalogramme (REG), en plus de mesurer le débit de fluide à l’aide d’impulsions ultrasonores. Les données relevées seront traitées par des algorithmes d’apprentissage automatique. Le casque interviendra ensuite sur le système glymphatique grâce à la stimulation électrique transcrânienne (TES) et des impulsions ultrasonores focalisées de faible intensité (LIFUP).

D’après les scientifiques, le développement d’une telle technologie permettra non seulement d’améliorer les performances des soldats, mais également de traiter certaines maladies. « Les technologies qui facilitent l’élimination des déchets et la prévention de leur dépôt dans le cerveau sont pertinentes pour les patients souffrant de troubles du sommeil, en particulier ceux qui sont exposés à des maladies neurodégénératives telles que la maladie d’Alzheimer », a expliqué Fidaa Shaib, professeur à Baylor.

Pour l’instant, le projet n’en est qu’à ses prémices. L’équipe de chercheurs espère présenter les résultats préliminaires de leurs travaux dans un an.

COMMENTEZ

avatar
  S’abonner  
Notifier de