Défiez les dieux dans Apotheon, ce jeu indépendant qui vous plonge au coeur de la Grèce antique

Vous vous souvenez de ces vieux vases grecs rouges et noirs que vous aviez vu dans vos livres d’Histoire au collège ? Ils ont décidé de prendre vie et de changer l’un de ses personnages en héros de jeu vidéo. C’est en tout cas ce que vous propose Apotheon, un jeu indépendant qui est bien décidé à vous donner une autre image des antiquités. Du musée à vos consoles, SooGeek vous plonge au coeur de ce titre original qui sent bon la Grèce antique.

Développé par AlienTrapGames, Apotheon est un jeu de plate-forme indépendant orienté action. D’abord sorti en février 2015 sur Steam, il est ensuite arrivé sur PS4 et Xbox One avec son héros casqué armé d’un bouclier et d’une lance. Vous l’avez compris, le jeu vous emmène dans un univers directement inspiré de la Grèce antique. Et son histoire n’est d’ailleurs pas sans rappeler celle d’un certain Kratos, déjà héros d’un autre jeu ayant pour thème la mythologie grecque.

apotheon-bete

Dans cette terre de légendes, les hommes vivent en craignant les menaces contre lesquels ils ne peuvent lutter. Les dieux pervertis par le pouvoir, menés par le puissant Zeus, sombrent dans la folie tout en créant la peur chez les mortels. Une injustice contre laquelle un homme est prêt à lutter : le dernier Champion de l’Humanité.

Valeureux guerrier aussi admiré que redouté, il est bien décidé à lutter contre la folie qui a envahi Zeus et les autres membres de l’Olympe. Commence alors un long périple pour le dernier Champion afin de rétablir la paix entre mortels et immortels. Un périple qui risque de vous rappeler des souvenirs de vos cours d’histoire de collège.

apotheon-screenshot

Visuellement, Apotheon reprend toutes les caractéristiques des vases grecs. Comme sur ces vestiges que vous pouvez voir dans les musées, les personnages sont de profil et racontent en 2D leurs aventures. Le tout prend place dans des décors aux nuances de rouge, d’or, de vert et de noir. C’est d’ailleurs ce qui fait toute la force du jeu : les développeurs ont respecté au maximum le travail des artistes grecs de l’Antiquité, et s’ils avaient imaginé un jeu, il y aurait de bonnes chances pour qu’il ressemble à Apotheon. Mais la fidélité artistique ne se limite pas aux décors.

Au delà de la direction artistique, Apotheon reste fidèle également au niveau des éléments que vous rencontrez ou traversez. Les personnages sont vêtus à la mode de l’époque et les ennemis que vous affrontez semblent réellement sortis de la mythologie grecque. Même les lieux mythiques évoqués dans les livres d’Homère sont évoqués comme les Jardins d’Artémis, le Territoire des Morts et bien sur le fameux mont Olympe. Un bon moyen de réviser ses cours en jouant et de mettre une image sur ces lieux de légende.

En termes de gameplay, Apotheon est cependant un titre qui ne révolutionne pas le genre. Dans la peau du Champion de l’humanité, vous traversez des niveaux en scrolling horizontal. Le jeu alterne des phases d’exploration qui vont vous faire sauter ou courir partout et des phases de combat  avec à la fin du niveau le célèbre défi contre un boss. Toutefois, la prise en main est facile, la difficulté progressive et on oublie vite ce style très classique pour se laisser envoûter par l’ambiance antique du jeu.

 

Grec jusque dans ses moindres détails, Apotheon a su se faire une place sur la scène du jeu vidéo indépendant. Jeu de plate-forme classique dans son fond, il est vraiment immersif dans sa forme. Les graphismes façon vase grec donnent l’impression de revivre l’histoire de la Grèce en parcourant ses vestiges les plus emblématiques. En prime, les développeurs n’ont pas hésité à recréer les lieux phares de la mythologie grecque. Entre le cours d’histoire caché et le jeu vidéo, Apotheon a de quoi combler les gamers encore sur les bancs de l’école comme les plus grands. Alors la prochaine fois que vous verrez un vase grec, ouvrez grand les yeux : qui sait, ses héros pourraient peut-être bouger.


Chaque jour en France, 2240 bébés naissent dont 1100 filles et 1140 garçons.

— @InseeFr