— Nikolai Denisov / Shutterstock.com

Une fois n’est pas coutume, les bonnes nouvelles concernant les espèces en voie de disparition ne sont pas nombreuses. Mais il arrive que des miracles se produisent, redonnant alors un espoir conséquent pour l’espèce. C’est exactement ce qui est arrivé aux antilopes saïgas d’Eurasie. 

Une espèce fortement menacée

L’antilope saïga est une espèce surprenante. Avec son long museau et ses cornes, l’antilope saïga est une des rares espèces d’Asie centrale. Les scientifiques estiment qu’elle serait apparue il y plus de 10 000 ans sur le continent. Cet étonnant bovidé a depuis connu moult tumultes.

Comme le rappelle WWF France, la population de saïgas est en « danger critique d’extinction », selon le classement de l’IUCN (Union internationale pour la conservation de la nature) à la fin du 20e siècle. Alors que son territoire s’étendait dans toute l’Union soviétique en 1950, on comptait jusqu’à deux millions d’individus. Aujourd’hui, les scientifiques estiment que 95 % de sa population a disparu en seulement quelques années des steppes soviétiques, son habitat principal. 

Cependant, ces dernières années, l’espèce de bovidés nous aura réservé plein de rebondissements. En 2015, tout d’abord, 200 000 antilopes sont mortes à cause d’une infection bactérienne qui a sévi au Kazakhstan. En 2016, c’est 80 % de sa population qui disparaissait en Mongolie à cause d’une autre épidémie. Déjà fragilisée depuis de nombreuses années, l’espèce va pourtant rebondir.  

Lutter contre le braconnage

En mai dernier, alors que les scientifiques peinaient à retrouver espoir, ce sont 530 antilopes saïgas qui ont vu le jour sur le plateau d’Oust-Ourt, au Kazakhstan. Une augmentation spectaculaire dont s’enthousiasment les scientifiques : « Grâce aux efforts de protection et de surveillance par des garde-chasses après la mort massive de saïgas, nous observons chaque année une augmentation continue de la population », a raconté Saken Dildakhmet, porte-parole du Comité des forêts et de la faune du Kazakhstan au National Geographic. Le même résultat est observé en Mongolie. 

Des efforts et des mesures prises qui en sont récompensés. Cependant, le problème n’est pas totalement résolu. Comme toute espèce en danger d’extinction, l’antilope saïga est principalement menacée par le braconnage. Ses cornes sont particulièrement prisées par la médecine traditionnelle asiatique. Les attaques des braconniers contre les défenseurs des animaux et les services de surveillance font rage. Armés et bien équipés, les braconniers sont aussi à l’origine de la mort de plusieurs garde-chasses, tués par balles alors qu’ils tentaient de s’opposer à eux. 

Condamnés à plusieurs années de prison ou à la perpétuité, les pratiques de braconnage entraînent des « dommages particulièrement graves ». Dans ce vaste pays grand comme 5 fois la France, il est difficile de couvrir tout le territoire pour s’opposer à ces pratiques.

Malgré tout, les scientifiques souhaitent retenir ce progrès sans en oublier les dangers qui sévissent : « La population des saïgas est toujours au bord du gouffre, mais cela va dans la bonne direction, souligne E.J. Milner-Gulland, présidente de la Saïga Conservation Alliance, chaque naissance est donc une bonne nouvelle. » 

Ces naissances vous redonnent-elles espoir en l’espèce ?  

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de