― Gaman Mihai-Radu / Shutterstock.com

Fin octobre, l’Organisation météorologique mondiale annonçait que les sept années de 2015 à 2021 seraient les plus chaudes jamais enregistrées de l’histoire. Le rapport provisoire fourni par l’organisation sur l’état du climat mondial en 2021 ne présage rien de bon.

2021 figure parmi les années les plus chaudes de l’histoire

Un rapport alarmant de l’Organisation météorologique mondiale confirme que les 7 dernières années ont été les plus chaudes jamais enregistrées. En raison du phénomène appelé « La Niña », qui provoque un refroidissement temporaire des eaux de la surface, cette année ne battra pas des records, mais sera sans doute classée entre la cinquième et la septième place sur la liste des années les plus chaudes jamais enregistrées. 2016 et 2020 restent les années les plus chaudes sur cette liste.

Si les niveaux d’émissions de gaz à effet de serre continuent d’augmenter, le monde se réchauffera d’au moins 1,5 à 2 degrés Celsius par rapport à l’ère préindustrielle d’ici la fin du siècle. De janvier à septembre 2021, le réchauffement atteignait déjà +1,09 degré Celsius. C’est la première fois que la température moyenne dépasse le seuil de +1 degré Celsius sur les vingt dernières années.

— Jo Bouroch / Shutterstock.com

Les conséquences du changement climatique seront dévastatrices

« Notre planète est en train de se transformer sous nos yeux. Des profondeurs de l’océan aux sommets des montagnes, sous l’effet inexorable de la fonte des glaciers et des phénomènes météorologiques extrêmes, sur toute la planète, des écosystèmes et des populations de la planète sont mis à mal. La COP26 doit marquer un tournant décisif pour l’humanité, comme pour la planète », a déclaré Antonio Guterres, le secrétaire général de l’ONU.

En effet, les effets du changement climatique sont de plus en plus nombreux depuis plusieurs mois. Certaines régions ont atteint des températures record. Dans la vallée de la Mort en Californie, les températures atteignaient notamment 54,4 degrés Celsius en juillet 2021. En outre, le monde a aussi fait face à des pluies diluviennes, des sécheresses intenses, des vagues de chaleur marine et autres.

De nouvelles recherches suggèrent que les phénomènes météorologiques extrêmes comme ceux-ci seront plus fréquents et plus graves à l’avenir. Il ne reste plus qu’à espérer que les dirigeants tiennent leurs promesses lors de la COP26 pour inverser la tendance.

COMMENTEZ

avatar
  S’abonner  
Notifier de