En France, les chasseurs utilisent régulièrement les termes de “régulation des espèces” dans leur argumentaire afin de justifier une certaine nécessité à la chasse. Ce qu’ils oublient souvent de dire, c’est le sort de milliers d’animaux qui sont également élevés dans l’unique but de servir de cible, arrivés à un âge mature. Des millions d’individus sont concernés, passant leur début de vie en cage et le restant à se faire traquer. L’association ASPAS s’est rendue dans neufs élevages de ce type, à travers la métropole, afin de dévoiler des images inédites aux Français, et apporter un argumentaire solide contre le rôle – autoproclamé – “régulateur” des chasseurs.

 

Des chiffres astronomiques

En France, chaque année, c’est presque 20 millions d’oiseaux qui meurent dans ces conditions. Un chiffre effarant, incluant notamment 14 millions de faisans et 5 millions de perdrix. En effet, la chasse semble avoir repris un nouveau souffle depuis quelques années et l’élevage de bétail dans ce but semble battre des records. Coté pratique, il prend forme en une partie de chasse, prévue et programmée. Quelques heures avant de s’élancer dans leur aventure, les chasseurs lâchent dans la nature des animaux, des oiseaux dans leur grande majorité, qui ne pourront que très rarement leur échapper par la suite. Puis, avec leurs chiens et en groupe, les chasseurs ont ainsi un large choix de cibles tant ils sont abondants.

De plus, ce sont des proies plus faciles que si elles avaient vécu dans la nature depuis leur enfance. Privés de liberté durant leur élevage, ces animaux n’ont aucune notion de survie, d’adaptation, de gestions des risques et des bruits avant-coureurs. Résultat, ils n’opposent que peu de résistance et font la joie des chasseurs qui ont ainsi un butin systématique.

Dans tous les cas, il y aurait au moins 1 500 élevages de volatiles en France, selon le Syndicat national des producteurs de gibier de chasse. Cette pratique, autrefois exceptionnelle, s’est banalisée, ce qui alerte les associations de défense des animaux. Dans tous les débats qui opposent chasseurs à leurs détracteurs, cet argument est bien souvent mis sous silence car ce n’est pas très glorieux.

© Pixabay

 

Des conditions d’élevages aberrantes

Difficile de ne pas faire le lien avec les élevages de volailles ou de bétails destinés à servir les fast-foods. Si depuis quelques années, des reportages, caméras cachées et autres investigations officieuses ont régulièrement mis en lumière ces procédés et choquent, la pratique d’élevage, destinée à la chasse, se montre plutôt discrète. Pourtant, les conditions sont assez similaires. On élève un nombre démentiel d’animaux, privés de bonheur, destinés à ne pas vivre leur vie naturellement et servant un besoin humain. Ou plutôt un passe-temps, ici.

Les élevages filmés par l’association proviennent d’élevages se situant dans la Drome, l’Isère, le Gard et l’Allier. Les volatiles sont ainsi élevés dans des bâtiments sombres, déplorables, exigus, et à l’hygiène douteuse. Seulement à la fin de leur croissance, quand ils atteignent une taille satisfaisante, les animaux sont placés en extérieur pour deux semaines, dans des volières afin de les habituer un minimum à l’extérieur.

Les scientifiques s’insurgent contre ces pratiques jugées barbares. Comme preuve irréfutable, des comportements anormaux sont constatés dans chaque élevage. Plus agressifs, plus sujets au stress, les volailles doivent être contrôlées. Les éleveurs l’ont remarqué, et afin d’y palier, ils utilisent des “couvre-becs” à la manière d’une muselière pour chien. Mais ces dispositions contribuent davantage à leur mal-être.

© Pixabay

 

Direction une interdiction ?

De son côté, Thierry Coste, porte-parole de la Fédération Nationale de la Chasse, a choisi de démentir ces accusations. Il estime ainsi que les conditions de vie sont bonnes, et seraient même plutôt utiles dans la faune nationale. Il insiste sur le caractère régulateur, en estimant que ça compense les pertes de biodiversité provoquées par l’agriculture intensive.

Pour l’association ASPAS, il n’y aurait que 500 000 survivants parmi les 14 millions de faisans relâchés. Une condamnation à mort, ni plus, ni moins. Les chasseurs en tuent une bonne proportion, et les autres, élevés en cage, se montrent incapables de survivre dans un milieu qui leur est logiquement hostile. Ils doivent chercher de la nourriture, se déplacer intelligemment, et survivre à de nombreux dangers. En cage, ils sont nourris à des heures fixes et de manière industrielle, sans devoir faire un quelconque effort.

Ainsi, si l’on fait les comptes, ce type d’élevage est accusé de plusieurs points : problèmes sanitaires, problèmes de bien-être des individus concernés, et des problèmes écologiques. Sans parler de la problématique morale soulevée qui se montre, heureusement, de plus en plus poussive dans nos sociétés occidentales.

Dans tous les cas, l’association a lancé une pétition en ligne, afin de sensibiliser l’opinion publique et tenter d’alerter les politiques sur ces pratiques aujourd’hui trop discrètes.

© Pixabay

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de