― Kanittha Boon / Shutterstock.com

Chaque année, huit millions de tonnes de plastiques sont déversées dans les océans. Ceux-ci finissent ingurgités par les animaux marins ou s’entassent dans le fond des eaux. Pour freiner la dégradation de l’environnement, les pailles en plastique, les cotons-tiges et les agitateurs sont interdits en Angleterre depuis le 1er octobre dernier. Une excellente nouvelle pour les environnementalistes.

Une mesure pour réduire la pollution

D’après le gouvernement britannique, 4,7 milliards de pailles, 316 millions de touillettes et 1,8 milliard de cotons-tiges à usage unique seraient consommés chaque année en Angleterre. Approuvée l’année dernière, cette mesure interdisant la commercialisation et la consommation de ces produits devait initialement entrer en vigueur en avril dernier. Cependant, elle n’a pas pu être appliquée en raison de la pandémie de coronavirus.

L’application de cette loi ne devrait pas poser problème au grand public compte tenu du fait que de nombreuses entreprises ont cessé d’utiliser les produits en plastique à usage unique bien avant l’entrée en vigueur de cette interdiction. Quelques bars et restaurants ont par exemple troqué les pailles en plastique contre des pailles en papier et les couverts en plastique jetables contre des couverts biodégradables.

Il est à noter que les établissements de restauration, les hôpitaux et les pharmacies peuvent toujours fournir ces produits à une certaine clientèle, notamment à des personnes handicapées ou présentant une condition nécessitant leur utilisation.

— fullempty / Shutterstock.com

Une mesure nécessaire, mais pas suffisante

Cette interdiction n’est pas suffisante pour stopper la pollution. Les produits en plastique concernés représentent notamment une infime part des déchets qui sont éparpillés dans la nature. Il s’agit toutefois d’une excellente nouvelle pour les environnementalistes. Par ailleurs, ces derniers encouragent vivement le gouvernement à instaurer plus de mesures poussant les consommateurs à abandonner le plastique pour se tourner vers des produits réutilisables ou recyclables.

« Le gouvernement doit être plus sévère sur le plastique en incluant des objectifs juridiquement contraignants pour endiguer le flux de toutes les sources de pollution plastique dans son projet de loi sur l’environnement, qui passe actuellement par le Parlement. Les ministres doivent également faire plus pour remettre en question la culture du jetable en forçant à abandonner tous les matériaux à usage unique et jetables au profit d’alternatives réutilisables », a déclaré Siôn Elis Williams, un militant anti-plastique de l’organisation non gouvernementale Friends of the Earth.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de