Image d’illustration — graceenee / Shutterstock.com

Les archéologues ont récemment découvert des vestiges d’une vieille mosquée. Des recherches approfondies suggèrent que cette mosquée aurait été bâtie il y a 1 200 ans. D’après les archéologues, cette mosquée est le plus ancien vestige jamais découvert, et pouvait contenir jusqu’à une dizaine de fidèles. Autrefois, ce lieu sacré aurait été de forme carrée terminée par une petite alcôve de la forme d’un demi-cercle située dans le mur du sud qui fait face à La Mecque. Le reste de cette mosquée a été trouvé en Israël du côté du désert du Néguev.

Une découverte qui en cache une autre

Le site sur lequel la mosquée fut bâtie se situe dans l’ancienne ville bédouine de Rahat. D’après Amanda Borschel-Dan du Times of Israel, la mosquée a été découverte durant une fouille sur le site lui-même. En plus des ruines, les archéologues ont découvert de nombreux objets en céramique. Les chercheurs ont affirmé que ces vestiges appartiennent à une même époque située entre le VIIe et VIIIe siècle. En 2019, les archéologues ont aussi mis au jour une autre mosquée. Elle serait située à quelques kilomètres de là, mais elle est issue de la même époque.

Cette incroyable découverte a pu renseigner les archéologues sur le mode de vie des peuples à l’époque. En effet, l’autre mosquée a été découverte sans artefact. En revanche, les archéologues ont découvert les ruines de ce qui semblait être un manoir. Selon leur estimation, ce bâtiment aurait été la propriété de riches chrétiens byzantins. Les ruines comportaient une superficie de 10 000 pieds carrés (929 mètres carrés) avec des murs décorés de fresques et de pavés en pierre. De plus, le sol est fait de plâtre avec de la vaisselle et verrerie coûteuses.

La structure de la mosquée

En plus de ses magnifiques décorations, la structure comportait aussi deux fours, l’un étant plus grand que l’autre. Le grand four se tenait près d’une citerne. D’après Elena Kogan-Zehavi, la directrice des fouilles, les fours auraient servi à fabriquer du savon. D’ailleurs, durant cette époque, Israël était réputé pour fabriquer du savon et l’exporter. La recette de ce savon a donc été secrètement gardée et transmise de génération en génération. C’est pourquoi certaines familles étaient plus riches que d’autres.

L’existence des mosquées a aussi permis aux archéologues de savoir comment l’Islam s’est propagé dans cette région. Mais ce n’est que vers le IXe siècle qu’elle est devenue la religion majoritaire des Israéliens. Il faut savoir qu’à son arrivée dans le Néguev, les chrétiens et les musulmans ont cohabité. Les archéologues ont même précisé qu’aucun signe de violence n’a pu être identifié. Ce qui implique qu’ils entretenaient de bonnes relations.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments