Un véritable espoir : cette IA ultra performante détecte la maladie d’Alzheimer 6 ans avant l’Homme

Afin de pouvoir retarder efficacement la progression de la maladie d’Alzheimer, un dépistage précoce est indispensable. C’est dans cette optique que des chercheurs américains ont développé une IA ultra performante se révélant bien plus efficace que le diagnostic humain.

 

Une prise en charge très précoce permettrait d’enrayer efficacement la progression de la maladie

À même de déceler les lésions cérébrales associées à la maladie d’Alzheimer des années avant un diagnostic humain, cette intelligence artificielle mise au point par une équipe de chercheurs de l’Université de San Francisco représente un véritable espoir dans le traitement de cette affection dégénérative qui touche des millions de personnes à travers le monde. Selon Jae Ho Sohn, co-auteur de l’étude associée parue dans la revue Radiology : « Jusqu’à récemment, le dépistage de cette maladie intervenait tardivement, alors même qu’un grand nombre de neurones étaient déjà morts, ce qui rendait les traitements inefficaces ».

En combinant neuro-imagerie et deep learning, qui entraîne l’algorithme à analyser et reconnaître les lésions cérébrales liées à la maladie d’Alzheimer, les chercheurs sont parvenus à créer une IA très performante qui pourrait révolutionner la manière de prendre en charge cette affection. Après 1 921 scanners d’entraînements, ces derniers ont fourni à l’IA 188 autres images qui ne lui avaient pas été préalablement présentées, ainsi qu’une série supplémentaire de 40 scanners de patients susceptibles de présenter des troubles cognitifs, et cette dernière a été à même de diagnostiquer la nature exacte de ces troubles.

 

Cette IA révolutionnaire réalise des diagnostics fiables à 98 %

Comme l’a précisé Jae Ho Sohn : « C’est une application idéale du deep learning parce qu’elle se révèle particulièrement efficace pour détecter des processus très subtils, mais diffus. Les radiologistes humains sont très doués pour identifier de minuscules foyers comme une tumeur cérébrale, mais nous avons du mal à détecter des changements plus lents et globaux. Étant donné l’apport évident du deep learning dans ce type d’application, surtout par rapport aux humains, cela semblait être une application naturelle et les incroyables résultats obtenus l’ont confirmé ».

L’algorithme a en effet été en mesure d’identifier 98 % des patients ayant développé la maladie d’Alzheimer, et peut être plus impressionnant encore, de prédire la survenue de cette maladie plus de 6 ans avant qu’ils ne reçoivent un diagnostic officiel. Cette méthode très prometteuse pourrait devenir un outil prédictif indispensable dans les années à venir, mais il faudra cependant encore patienter un certain temps avant qu’elle puisse être appliquée cliniquement. Toutefois, les chercheurs précisent qu’une validation et un étalonnage supplémentaires effectués dans un cadre plus large devraient rendre la technologie actuelle exploitable.


Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux