― Bartolomiej Pietrzyk / Shutterstock.com

Constamment dans nos mains ou dans nos poches, notre smartphone est très rarement oublié à la maison lors de nos sorties. C’est pourquoi les Allemands ont décidé d’accepter l’utilisation de papiers d’identité complètement dématérialisés dès l’automne 2021.

Les Allemands auront leur carte d’identité dans leur smartphone

Les documents d’identité sont indispensables pour effectuer des démarches dans notre quotidien. C’est pourquoi l’Allemagne décide de stocker l’ensemble de ces documents sur les smartphones de ses citoyens. En effet, il arrive d’oublier d’emporter ces papiers, mais oublier son smartphone ? Jamais !

Dès l’automne 2021, les Allemands pourront utiliser leurs documents d’identité de manière dématérialisée, révèle le ministère de l’Intérieur. L’objectif du gouvernement allemand est de moderniser les services publics, relate l’agence de presse AP.

En effet, ces documents seront acceptés par les autorités, les entreprises privées ou tout autre organisme. Par ailleurs, les Allemands pourront également justifier leur identité en ligne grâce à un identifiant électronique ainsi qu’un code PIN.

― canadastock / Shutterstock.com

L’Allemagne souhaite se moderniser

Toutefois, les citoyens auront toujours besoin de montrer une carte d’identité de la taille d’une carte, comprenant leur photo et leurs informations personnelles. Tout comme la France, nos voisins doivent justifier leur d’identité pour ouvrir un compte bancaire, louer un appartement ou immatriculer un véhicule.

Enfin, le Cabinet a approuvé le projet de loi visant à rendre les données recueillies entièrement accessibles aux entreprises et aux particuliers. L’Allemagne se modernise très rapidement puisque depuis une dizaine d’années, il est possible de s’authentifier sur un site web demandant une identification très poussée.

Une chose est sûre, la France est très loin d’arriver à la hauteur de ses voisins sur le plan numérique… Normalement prévu en 2021, les députés français ont demandé à accélérer le processus. En effet, « la France accuse un certain retard dans le domaine de l’identité numérique, il doit être comblé », indique Christine Hennion dans Les Échos.

COMMENTEZ

avatar
  S’abonner  
Notifier de