Azat Valeev / Shutterstock.com

D’ici vingt ans, l’ensemble des centrales à charbon allemandes auront fermé leurs portes. Une décision marquante qui démontre la volonté du pays de s’appuyer sur une énergie propre et renouvelable, en plaçant le solaire et l’éolien au premier plan.

« Nous l’avons fait »

L’annonce de la fermeture de l’ensemble des centrales à charbon que compte l’Allemagne à l’horizon 2038 était intervenue en janvier 2019, au moment où le pays détaillait ses objectifs en matière de réduction des émissions de dioxyde de carbone (CO2). Selon le Los Angeles Times, le charbon générait à cette époque 40 % de l’électricité allemande. « Il ‘agit d’une avancée historique. C’était tout sauf un combat gagné d’avance, mais nous l’avons fait. Il n’y aura plus de centrales à charbon en Allemagne d’ici 2038 », avait déclaré Ronald Pofalla, président de la Commission gouvernementale responsable de cette décision.

L’Allemagne est responsable d’environ un tiers des émissions de CO2 liées à l’électricité en Europe. Elle produit environ la moitié de l’électricité de l’UE à partir de lignite, réputé pour générer davantage de CO2 que le charbon. Depuis quelques années, les pays s’appuyant largement sur le charbon sont encouragés à s’en détourner en raison de son important impact environnemental. En décembre dernier, plus de 1 000 organisations internationales se sont engagées à se départir du gaz, du charbon et du pétrole, en réinjectant 8 milliards de dollars des subventions leur étant auparavant allouées en faveur des énergies renouvelables.

65 à 80 % d’électricité verte en Allemagne d’ici 2040

Depuis janvier 2019, la production allemande en matière de charbon à chuté d’un cinquième, largement remplacée par les parcs photovoltaïques et éoliens. L’énergie éolienne est également en passe de devenir la plus grande source d’électricité du pays, surpassant le lignite, un produit extrêmement nocif pour l’environnement. Par ailleurs, l’Allemagne s’était également engagée à fermer ses 19 centrales nucléaires à la suite de la catastrophe de Fukushima en 2011. Selon ses responsables, les énergies renouvelables seront responsables de 65 à 80 % de l’électricité produite outre-Rhin d’ici 2040.

« C’est un grand moment pour la politique climatique en Allemagne, qui pourrait faire de ce pays un leader dans la lutte contre le changement climatique », a déclaré Claudia Kemfert, professeure à l’Institut allemand de recherche économique de Berlin. « En choisissant de se passer définitivement du charbon, qui représentait auparavant une source d’énergie majeure pour cette grande nation industrielle, l’Allemagne envoie également un message fort au reste du monde, qui démontre qu’elle prend à nouveau très au sérieux le problème du changement climatique. »

L’Allemagne prévoit de dépenser plus de 45 millions de dollars afin d’atténuer les pertes dans les régions charbonnières, mais nombreux sont ceux qui dénoncent des fermetures trop lentes. Début août, de nombreux militants s’étaient rassemblés dans ce but devant la centrale à charbon de Mannheim, réputée pour être la plus polluante du pays.

COMMENTEZ
4

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
3 Fils de commentaires
1 Réponses de fil
1 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
4 Auteurs du commentaire
loloMartin DelporteAlain FrappierMichel First Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Michel First
Invité
Michel First

Il faudrait d’abord que leur secteur de prédilection,l’automobile,(Wolswagen et ses scandales)soit plus propre.

Alain Frappier
Invité
Alain Frappier

Les 20% qui leur manqueront seront produit par quoi?