— New Africa / Shutterstock.com

S’il est tout à fait possible pour une mère de choisir entre le biberon et l’allaitement, les professionnels de la santé ont plus tendance à conseiller l’allaitement. Cette pratique comprend de nombreux avantages, et une étude vient de prouver que les bébés qui sont allaités vivent en meilleure santé.

Découverte d’une cellule immunitaire qui abonde chez les bébés allaités

L’allaitement maternel est largement associé à un meilleur état de santé pendant la petite enfance et tout au long de l’âge adulte. Des recherches antérieures ont montré que les bébés qui sont nourris au lait maternel sont moins susceptibles de développer de l’asthme, de l’obésité et des maladies auto-immunes plus tard dans la vie par rapport à ceux qui sont exclusivement nourris au lait maternisé. Jusqu’à présent, cependant, les mécanismes immunologiques responsables de ces effets de l’allaitement sont mal connus.

Dans une étude, une équipe de chercheurs de l’université de Birmingham, au Royaume-Uni, et du NHS Foundation Trust de Birmingham a maintenant fourni de nouvelles informations sur le sujet. L’étude a en effet permis de constater que le lait maternel favorise la croissance d’importantes cellules immunitaires qui aident à gérer les inflammations. Pour en arriver à cette conclusion, l’étude a examiné les fonctions immunitaires de 38 nouveau-nés nés à terme, tous accouchés par césarienne. Les nourrissons ont été séparés en deux groupes en fonction du fait qu’ils étaient allaités, nourris au lait maternisé ou avaient reçu un mélange des deux.

Des échantillons de sang et de selles ont été prélevés à la naissance et trois semaines plus tard. L’analyse de ces échantillons a permis de découvrir un type spécifique de cellule immunitaire appelé « cellules T régulatrices ». Essentiellement, ces cellules contrôlent la réponse immunitaire du bébé contre les cellules maternelles transférées avec le lait maternel et aident à réduire l’inflammation. Il a été observé que ces cellules se développent au cours des trois premières semaines de vie chez les bébés humains allaités. Il a également été constaté qu’ils sont presque deux fois plus abondants chez les bébés allaités que chez les bébés nourris au lait maternisé.

— Alena Ozerova / Shutterstock.com

Une étude pour encourager les mères à allaiter

Étant donné les résultats de l’étude publiés dans la revue Allergy, les chercheurs espèrent que cela encouragera plus de femmes à favoriser l’allaitement. « Avant nos recherches, l’importance exceptionnelle et l’implication précoce de ce type de cellule spécifique chez les bébés allaités étaient inconnues », a déclaré Gergely Toldi, auteur principal de l’étude, dans un communiqué. « Nous espérons que cette nouvelle perspective inestimable conduira à une augmentation des taux d’allaitement maternel et permettra à davantage de bébés de bénéficier des avantages du lait maternel », a-t-il ajouté.

Les chercheurs espèrent également que cette étude aidera à améliorer la conception du lait maternisé afin d’avoir des formules qui favorisent un peu plus le développement de la cellule nouvellement découverte. Par ailleurs, les scientifiques ont expliqué que les détails concernant le mécanisme biologique restent encore inconnus. Ils prévoient ainsi d’approfondir leurs recherches, notamment chez les bébés prématurés ayant développé des complications inflammatoires et les nouveau-nés nés à terme, mais malades.

COMMENTEZ

avatar
  S’abonner  
Notifier de