À cause du réchauffement climatique qui s’accélère, cette rivière canadienne a disparu en 4 jours

Le réchauffement climatique continue d’impacter le monde et il a parfois des conséquences inattendues. À cause de quelques degrés supplémentaires, une rivière canadienne a complètement disparu en l’espace de 4 jours. Un constat inquiétant qui affole la communauté scientifique et qui rappelle que le changement climatique est une vraie menace pour l’environnement. 

Avant de comprendre la cause de cette inquiétante disparition, voici une brève présentation de la dite rivière à savoir le Slims. Large de près de 150 m sur ses points les plus grands, cette rivière canadienne située dans la région du Yukon prend sa source au niveau d’un des plus grands glaciers du pays : le glacier de Kaskawulsh. Elle transportait l’eau issue de la fonte des glaces d’abord dans la rivière Kluane puis dans la rivière Yukon jusqu’à atteindre la mer de Béring.

Comment cette rivière a-t-elle disparu si rapidement ?

L’histoire de cette « capture de rivière » comme l’ont surnommé les scientifiques commence au printemps 2016, plus précisément le 26 mai. A cette époque, la région connaît des températures élevées qui ont mené à une période de fusion intense du glacier.

Suite à ce changement, la rivière Alsek (voisine du Slims et elle aussi alimentée par l’eau du glacier) a vu son volume d’eau augmenter de manière significative. Réorientée vers cette rivière, l’eau issue de la fonte des glaces a été redirigée vers le golfe d’Alaska, à plusieurs centaines de kilomètres de sa destination d’origine. Cette déviation a profondément changé le paysage et entraîné en seulement 4 jours la disparition totale du Slims.

Quelle est à l’origine de la disparition de la rivière Slims ?

Les différentes observations réalisées par les scientifiques mènent à une conclusion : c’est le réchauffement climatique qui serait responsable de cette capture de rivière. L’augmentation de la température ayant modifié la fonte du glacier, ce phénomène peut donc avoir des conséquences désastreuses pour l’environnement, des conséquences aussi soudaines que violentes. Pourtant, de tels cas seraient déjà survenus par le passé.

Des captures de rivières auraient déjà eu lieu plusieurs siècles en arrière. Toutefois, Dan Shugar (géologue à l’université de Washington Tacoma) nous rappelle que « Personne à notre connaissance n’a documenté ce type de phénomène ». Son observation n’est donc pas une première dans l’Histoire, mais c’est la première fois qu’elle fait l’objet d’une étude. Et si elle reste exceptionnelle pour l’instant, elle a des répercutions sur le paysage canadien.

Quelles sont les conséquences de cette modification du paysage ?

A l’origine petit coin de paradis alimenté par l’eau des glaciers, le Slims est aujourd’hui devenu une plaine asséchée. James Best, géologue de l’Université de l’Illinois travaillant sur ce cas très particulier a déclaré ceci : « Nous sommes allés dans la région pour continuer nos mesures dans la rivière Slims, mais nous avons trouvé le lit de la rivière plus ou moins sec. Le delta sur lequel nous avions navigué dans un petit bateau était maintenant une tempête de poussière. Le changement de paysage était incroyablement dramatique. »

Les moutons de Dall du parc national de Kluane sont désormais obligés de s’aventurer plus loin pour trouver de la nourriture et ainsi davantage s’exposer aux chasseurs. Les poissons ont eux aussi dû s’adapter en partant vers d’autres rivières. Quant à l’air qui était auparavant pur, il s’est transformé en une brume poussiéreuse à cause des vents forts qui balaient le lit de la rivière à sec. Une nouvelle fois, si l’Homme n’agit pas très vite pour réduire le réchauffement climatique, les captures de rivière pourraient se multiplier menant ainsi à une refonte totale de l’environnement et de l’écosystème.

 


Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux