Nymphéas blancs, Claude Monet, 1899.

Monet, grand peintre mais quel caractère !

Artiste de renom aux peintures délicates et colorées, Claude Monet n’était cependant pas connu pour avoir bon caractère ! A Giverny, il n’était pas très apprécié, et on disait de lui qu’il était égoïste. Il n’y venait que pour peindre, et il lui arrivait parfois d’envoyer tout promener et de détruire des oeuvres fraichement terminées. Grand travailleur, il était souvent en proie à la colère ou au découragement. Son ami Georges Clemenceau le qualifiait d’ailleurs de « vieux hérisson sinistre ». 

1
COMMENTEZ

avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
Chantal SYVERSON Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Chantal SYVERSON
Invité
Chantal SYVERSON

Il existe une anecdote vérifiable sur ce peintre de génie. Un jour, il reçut un journaliste, émerveillé de réaliser son rêve de voir l’artiste. Ils parlaient lorsque le journaliste en question remarqua un pot dans lequel se trouvaient des pinceaux utilisés par Monet, et teintés de différentes couleurs. Timidement, il demanda au peintre s’il accepterait de lui offrir l’un de ces précieux pinceaux. Et c’est alors que le modeste génie lui répondit : « non, vous n’allez pas prendre un pinceau utilisé ; je vais vous en chercher un neuf… ».