13 194 personnes connectées

15 méthodes de torture médiévales aussi morbides que tordues

Durant toute son existence, l’Homme a usé de moyens atroces pour faire parler, punir et tuer. La torture a toujours existé, mais il y a une époque où les méthodes étaient particulièrement sordides : le Moyen Âge. La torture était souvent pratiquée, même sur des personnes ayant commis des délits anodins. SooCurious vous présente 15 instruments de torture du Moyen Âge qui vont vous rassurer de ne pas être né à cette époque.

 

La cage

torture-cage-medieval

Comme son nom l’indique, la cage de la torture était une cage suspendue dans les airs, à un arbre ou à une potence. Le condamné enfermé dedans finissait dévoré par les oiseaux à la vue de tous.

 

La scie

torture-scie

Technique prisée par les luthériens, la personne condamnée était suspendue par les pieds. Le bourreau sciait très lentement la victime en commençant entre les deux jambes. Bien sûr, la position n’était pas anodine : la tête en bas permettait au sang d’alimenter le cerveau, et donc de rester conscient.

 

Le berceau de Judas

torture-berceau-judas

torture-judas2

Le berceau de Judas, ou chaise de Judas était une technique prisée lors de l’Inquisition pour obtenir des aveux. Le condamné était tiré vers le haut et positionné sur un siège très spécial, en forme de pyramide, la pointe placée au niveau de l’anus ou du vagin. Il était ensuite descendu très lentement grâce à des cordes. L’orifice s’étirait, le bourreau pouvant accentuer la douleur en relevant le condamné et en le faisant tomber sur la pointe lourdement, ou même en le balançant. La victime mourait empalée ou succombait à une infection.

 

L’écartèlement

torture-ecartelement

torture-ecarteleur

Utilisé comme moyen d’exécution pour les crimes graves, comme les régicides, l’écartèlement consistait à attacher les quatre membres du condamné à des cordes, elles-mêmes attachées à des chevaux. Lorsque ces derniers partaient au galop, les bras et les jambes étaient bien évidemment arrachés du corps humain. L’écartèlement était également un moyen de torture judiciaire. La victime était positionnée sur un chevalet : une table avec deux cylindres à chaque extrémité de celle-ci. Les membres étaient reliés par des cordes aux cylindres. Ces derniers étaient activés aussi lentement que possible. Parfois, les tables étaient munies de lames pour couper le dos du condamné. Il mourait dans une atroce souffrance, d’asphyxie ou d’une crise cardiaque.

 

Le briseur de genou

torture-genou

Le briseur ou écarteur de genou était une méthode de torture principalement utilisée par l’Inquisition espagnole. Le genou du condamné était positionné entre deux barres en bois munies de grands clous. Afin d’obtenir des confessions, ils resserraient les barres avec une vis, et rendaient la victime invalide. Cet instrument était parfois utilisé sur d’autres parties du corps, comme les bras.

 

L’âne espagnol

torture-ane-espagol

Instrument également prisé par l’Inquisition catholique, l’âne espagnol est une forme de torture particulièrement sadique. Le condamné devait s’asseoir à cheval sur une structure en forme de V inversé. Le bourreau lui attachait des poids aux pieds, la victime finissait ainsi coupée en deux.

 

La poire d’angoisse

torture-poire-angoisse

Le châtiment de la poire d’angoisse était infligé à plusieurs types de personnes durant l’Inquisition. L’instrument s’apparente à une boule qui peut s’élargir grâce à une vis. Elle permettait de punir les homosexuels, les femmes soupçonnées d’avoir couché avec le diable, ou encore les menteurs et les blasphémateurs. Placée dans la bouche, l’anus ou le vagin, la poire d’angoisse pouvait faire exploser le crâne si elle était ouverte rapidement.

 

La fourchette de l’hérétique

torture-fourchette

Ce petit instrument était utilisé comme moyen de torture pendant la Renaissance. Il s’agissait d’une fourchette avec des pointes aux deux extrémités, elle était attachée autour du cou du condamné, afin que les pointes touchent la gorge et le sternum. Le but de ce petit outil : priver la victime de son sommeil, elle était en effet accrochée au mur de façon à ce qu’elle ne puisse pas se coucher par terre. Si elle s’endormait, les pointes lui transperçaient lentement la chair.

 

Le supplice du rat

torture-rat

Cette technique consistait à mettre un rat dans un seau placé au niveau du ventre de la victime. Le bourreau chauffait l’extrémité de l’objet, pour s’échapper, le rat rongeait et griffait les entrailles de la victime.

 

L’araignée espagnole

torture-araignee-espagnole

Technique de torture inventée pour les femmes, l’araignée espagnole est un instrument mis au point dans le but de mutiler les parties charnues du corps, notamment les seins. L’outil était chauffé à blanc puis fixé sur la chair, la victime était ensuite suspendue, ce qui amplifiait la souffrance et les saignements, et pouvait entraîner la mort.

 

La manivelle intestinale

torture-manivelle-intestinale

Comme son nom l’indique, cette torture a été inventée pour les boyaux… Le condamné était allongé sur une table, une incision était ensuite pratiquée au niveau de son abdomen. Un crochet, lui-même relié à une manivelle, était positionné sur son intestin grêle. Le bourreau pouvait activer la manivelle à sa guise, l’intestin était lentement arraché du ventre de la victime.

 

La fille du boueur

torture-femm

Les pieds, les mains et la tête étaient positionnés dans les trous à cet effet, la victime était ainsi contorsionnée et souffrait de nombreuses crampes. Parfois, le bourreau prenait un malin plaisir à appuyer fortement sur les épaules de la victime, du sang pouvait sortir de tous les orifices. Cette technique était utilisée pour obtenir des aveux, pour punir quelqu’un, mais pouvait également entraîner la mort.

 

La torture par l’eau

torture-eau

Le condamné était allongé et était forcé de boire une grande quantité d’eau : six litres pour la petite torture, douze pour la plus grave. S’il se débattait ou refusait de boire, le bourreau lui déchiquetait la bouche avec une pince en fer. Bien sûr, tout était pensé : l’urètre et l’anus étaient volontairement noués et bouchés. La victime mourait étouffée, et pouvait même exploser.

 

La vierge de fer

torture-vierge

La victime était placée dans une sorte de sarcophage muni de nombreuses pointes. Réservée aux hérétiques, cette méthode de torture était lente et douloureuse : les portes se refermaient lentement sur le condamné, les pointes de fer lui transperçant peu à peu la peau.

 

Même si certaines de ces tortures n’étaient pas infligées dans le but de tuer, les victimes finissaient souvent par succomber, notamment à cause des infections. Ces méthodes sont particulièrement sadiques et font froid dans le dos, mais il ne faut pas oublier que la torture a toujours été pratiquée, et existe encore de nos jours. Si vous êtes intéressé par le Moyen Âge, découvrez les étranges pratiques médicales de cette époque. Pensez-vous que l’être humain arrêtera un jour les pratiques barbares envers son prochain, ou qu’il s’agisse d’un aspect de sa nature ?

Ces articles vont vous plaire

Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux