13 926 personnes connectées

Longue vie et prospérité ! Rencontrez les Trekkies, les membres de la plus grande communauté de fans du monde

L’une des plus grandes communautés de fans du monde, la fandom de Star Trek est vivace depuis la première diffusion de la série, fin 1966. Riche d’une longue histoire et de nombreux membres passionnés par Kirk, Spock et leur univers, cette communauté a encore une belle vie devant elle. SooGeek vous propre de la découvrir plus en détail. 

 

Débutée en 1966, la série Star Trek ne semblait pas devoir devenir une série aussi fructueuse. Et pourtant, en l’espace de trois saisons, sa communauté de fans est devenue la plus grosse fandom jamais vue. Aucune personne ne s’attendait à observer un succès pareil. Après tout, la série n’avait pas reçu que des critiques élogieuses à ses débuts, et certains lui promettaient même une fin rapide. Cependant, si Star Trek ne battit aucun record d’audience à sa première diffusion, elle acquit rapidement une base de fans qui lui permit de durer trois saisons (sans parler des nombreux films et séries « secondaires » qui allaient en être dérivés).

 

Les premiers fans de Star Trek se font voir dès avril 1967 de manière spectaculaire en venant chercher des autographes de Leonard Nimoy à l’occasion d’une parade dans l’Oregon à laquelle l’acteur participait en portant le costume de son personnage Spock. Au lieu de quelques centaines de personnes, ce furent des milliers de fans qui déferlèrent, au point que Nimoy ne portera plus jamais son costume de Spock lors d’évènements publics ! Lors de la 25e Convention mondiale de la Science-Fiction, à la fin de l’été 1967, l’éditeur de science-fiction Arthur W. Saha utilisa d’ailleurs le terme « trekkies » pour désigner les fans de Kirk et Spock qu’il vit lors du salon.

 

L’équipage de la première série Star Trek : 

Star_Trek_cast

 

 

Début 1968, ce sont des étudiants de Burbank fans de la série qui allèrent manifester devant les studios de tournage de la série en Californie pour que cette dernière soit renouvelée pour une autre saison. Enfin la première convention dédiée à Star Trek, organisée à la Bibliothèque municipale de Newark dans le New Jersey (à proximité de New York) eut lieu en mars 1969, organisée par l’un des fondateurs de Spockanalia, le premier fanzine dédié à Star Trek, lancé en 1967. Cette première « Star Trek Con » n’avait pas d’invités de marque mais proposait déjà des présentations de costumes ou encore des discussions à propos de la série.

 

Spockanalia est le premier fanzine dédié à Star Trek : 

spockanalia

 

Cependant et paradoxalement, la fandom Star Trek ne gagne en importance qu’avec l’annulation de la série en 1969. Les actions des fans pour faire reprendre la série se multiplient, et en 1972 a lieu pour la première fois une convention Star Trek organisée avec beaucoup de moyens et de médiatisation, à l’Hôtel Pennsylvania de New York. Seulement, au lieu des 500 visiteurs attendus, ce sont des milliers de participants qui déferlent sur la convention. De nombreux acteurs de la série originelle, comme Nichelle Nichols, qui tenait le rôle du Lieutenant Uhura, ne réalise la popularité de la série qu’en se rendant à ces conventions. Car ces dernières se multiplient, atteignant leur apogée avec la Convention de Chicago en 1976 où l’ensemble du casting de la première série réuni attire plus de 16 000 personnes !

 

Nichelle Nichols, comme d’autres acteurs de la série, ignorait l’importance de la fandom Star Trek avant de se rendre à certaines conventions : 

Nichelle_Nichols,_NASA_Recruiter

 

Rapidement, le phénomène gagne en médiatisation, et on raille les « trekkies » pour leur nature supposément asociale et leur passion jugée puérile. Cependant de nombreuses personnes, dont même l’auteur Isaac Asimov, ami de Gene Roddenberry le créateur de la série, vont prendre la défense des fans de cette série et vanter non seulement le dévouement avec lequel ils se dédient à leur passion, mais également les qualités de cette dernière, car les fans reprennent généralement les valeurs de tolérance (contre le sexisme, le racisme, les discriminations…) et de justice qui étaient celles de la série originelle. De même, alors qu’elles étaient généralement peu représentées dans les communautés de fans de science-fiction en général, les femmes sont très présentes dans la fandom Star Trek, notamment dans le domaine des fanfictions.

 

Aujourd’hui encore la fandom Star Trek reste vivace : 

Star_Trek_uniforms

 

Enfin et surtout, et c’est ce qui permet aujourd’hui à la base de fans de Star Trek de rester aussi vivace, en plus des nouveaux films et nouvelles séries produites par la suite, le caractère intemporel de la série et ses valeurs positives et optimistes lui ont permis de durer. La preuve, dans les années 1990 environ 450 000 personnes se rendaient dans les diverses conventions dédiées à l’univers de Star Trek rien qu’aux Etats-Unis, et d’après les estimations il y aurait près de 2 millions de fans « hard-core » de la série et de ses dérivés rien qu’aux Etats-Unis. D’ailleurs les fans préfèrent désormais souvent se désigner sous l’appellation de « trekker » au lieu de « trekkies », qui a une connotation plus péjorative. Relayée par la montée en puissance d’Internet, la fandom n’est pas près de s’arrêter, puisque des personnalités aussi variées et sérieuses scientifiquement que le physicien Stephen Hawking et l’astronaute italienne Samantha Cristoforetti se revendiquent comme des fans accomplis !

 

L’astronaute italienne Samantha Cristoforetti faisant un salut vulcain depuis la Station spatiale internationale : 

Samantha_Cristoforetti_Leonard_Nimoy_tribute

 

Définitivement, on ne peut que souhaiter « Longue vie et prospérité » à cette fière communauté ! Bien qu’elle existe depuis maintenant des dizaines d’années, la fandom Star Trek semble encore être promise à un bel avenir, et c’est tout ce qu’on lui souhaite. Aimeriez-vous appartenir à une communauté de fans comme celle de Star Trek ou préférez-vous aimer vos œuvres préférées de votre côté ?

Celui qui ne connaît pas l’histoire est condamné à la revivre

— Karl Marx