Genre littéraire créé par les fans pour les fans, la fanfiction est née à une époque où internet n’existait pas

La fanfiction est une catégorie de littérature qui existe de nos jours exclusivement à travers internet, mais le genre est en fait bien plus ancien que ce que l’on pourrait penser. En effet, d’après les spécialistes, certains ouvrages datant du XVIIIe siècle pourraient être considérés comme des fanfictions ! SooGeek vous emmène sur les traces de l’histoire de ce genre bien particulier.

 

La fanfiction, ce genre aussi apprécié que décrié, constituerait tout de même plus d’un tiers de tous les textes de fiction disponibles sur internet aujourd’hui (soit des millions de textes tout de même !). Cependant, si le genre doit sa spectaculaire ascension au Web 2.0, il n’a pas fallu attendre l’apparition d’internet pour voir les fans d’une oeuvre tenter de la prolonger avec un texte de leur création. L’affaire n’est pas récente puisque dès le XVIIIe siècle des romans à très grand succès comme Pamela ou la Vertu récompensée en Angleterre ou Les Liaisons dangereuses en France se voient offrir des suites ou des extensions publiées par des « éditions pirates » et écrites par des auteurs anonymes.

 

Les Liaisons dangereuses a eu droit à de nombreuses suites non officielles : 

LiaisonsDangereuses_XCVI

 

Dans un cadre privé, on retrouve dès le XIXe siècle des textes écrits par les sœurs Brontë (les fameuses romancières anglaises derrière les romans Jane Eyre et Les Hauts de Hurlevent) mettant en scène dans des situations extraordinaires les personnes bien réelles qu’étaient le Duc de Wellington et ses deux fils, Arthur et Charles. Au tournant du XXe siècle, Alice au pays des merveilles de Lewis Carroll se voit lui aussi adjoindre un certain nombre d’extensions qui n’ont pas été écrites par l’auteur, et Sherlock Holmes se voit lui aussi repris dans des textes de passionnés qui tentent de l’y inclure dans le monde réel en faisant d’Arthur Conan Doyle son agent littéraire ! Cependant c’est de l’autre côté de l’Atlantique qu’il faut aller pour voir le terme fanfiction, et le genre lui-même dans sa forme « moderne » naitre.

 

Dans leur adolescence les sœurs Brontë firent des récits fictifs à propos du Duc de Wellington : 

The_Brontë_Sisters_by_Patrick_Branwell_Brontë_restored

 

C’est en effet dès 1939 que l’on voit le terme « fanfiction » apparaitre pour la première fois dans des magazines de science-fiction. Le terme désigne alors les textes écrits par des fans de science-fiction qui ne sont pas eux-mêmes des auteurs. Plus que des extensions d’œuvres particulières, les fanfictions de l’époque sont donc simplement des histoires se déroulant dans un univers de science-fiction écrites par des fans du même genre. A l’époque, ces textes sont publiés dans des fanzines, des magazines amateurs publiés par des fans et vendus grâce au bouche à oreille à un prix très bas servant uniquement à rembourser les fournitures.

 

La « véritable » fanfiction moderne nait à la fin des années 1960, avec la première grande œuvre geek connue, Star Trek. Une énorme communauté de fans s’agrège autour de la série, et avec elle naissent bon nombre de fanzines entièrement dédiés à l’univers de Kirk et Spock, dont le premier et plus célèbre, Spockanalia, publie dès ses débuts en 1967 des fanfictions. Fait intéressant, une énorme proportion des auteurs de fanfiction sont, dès cette époque, des fans (environ 90 % des auteurs en 1973 d’après les estimations), pour la simple raison que le public féminin peut trouver par ce moyen des histoires qui lui plaisent (romance, développement de la psychologie des personnages) là où l’œuvre de base ne les développent pas.

 

Spockanalia fut le fanzine qui lança la fanfiction parmi les fans de Star Trek : 

spockanalia

Les premiers réseaux informatiques connectés apparaissant dans les universités américaines au cours des années 1970 et se développant dans les années 1980, les fanfictions vont rapidement circuler par partages par mail, et les discussions entre les auteurs de fanfictions et leurs lecteurs vont gagner en importance. L’apparition d’internet va être un apport décisif pour le petit monde de la fanfiction en permettant aux textes de circuler encore plus librement, notamment avec l’apparition en 1998 de fanfiction.net, le plus gros site de fanfiction encore existant à ce jour.

 

Cependant la fanfiction ne s’est pas seulement développée aux Etats-Unis puisqu’elle a également monté en puissance au Japon sous la forme des doujinshis. Les doujinshis sont des fanfictions sous forme de mangas : il s’agit toujours d’extensions d’œuvres originelles par des tiers, mais sous forme de bandes dessinées ! Popularisés dès les années 1960 et 1970 au Japon par des magazines leur étant spécialement dédiés, ces mangas sont l’occasion pour des fans talentueux de poursuivre leurs œuvres préférées et pourquoi pas ensuite, de lancer leur carrière en tant qu’auteurs à part entière. Tout comme les auteurs de fanfiction au format texte. La boucle est bouclée !

 

Constituant plus de la fanfiction visuelle que textuelle, le doujinshi est propre au Japon : 

doujinshi
On était loin de nous douter que la fanfiction était si ancienne et que son histoire comptait autant de tours et de détours ! Aujourd’hui, bien que l’on puisse avoir l’impression que la fanfiction demeure un genre réservé à un public restreint de fans, cette littérature reste toujours aussi populaire. D’ailleurs si vous vous intéressez à la fanfiction mais ne savez pas par où commencer on vous conseille notre petit guide sur le sujet. Saviez-vous déjà que le genre était aussi vieux que la fiction elle-même ou pensiez-vous qu’il était né avec le boom d’internet ?


En 2015, 45,9% des parlementaires européens étaient des femmes.

— @InseeFr