13 265 personnes connectées

Fantasy et combats sont à l’honneur dans Dragon Drive, ce shonen à succès des années 2000

Un monde virtuel dans lequel l’humanité est menacée par des dragons, voilà ce qui vous attend si vous plongez dans l’univers de Dragon Drive. Shonen des années 2000, ce manga à la fois futuriste et fantastique vous invite à découvrir une autre réalité, épatante, touchante et empreinte de légende où les animaux fantastiques donnent du fil à retordre à leurs héros. Lumière sur cette œuvre incontournable.

Publié à l’origine dans le Montly Shonen Jump, Dragon Drive est un manga en 14 tomes créé par Kenichi Sakura. Sorti entre 2001 et 2006 au Japon et aux Etats-Unis, c’est toutefois à travers la version animée que le manga s’est fait un nom à l’international. Celle-ci compte 38 épisodes produits par Madhouse et diffusés de 2002 à 2003. Et comme le titre le laisse sous-entendre, il est question dans ce manga de dragons, mais pas seulement.

dragon-drive-manga

L’histoire de Dragon Drive est d’abord celle de Reiji Ozora, un jeune garçon assez paresseux et aux résultats scolaires catastrophiques. Fainéant à un degré inimaginable, il est découragé à l’idée d’entreprendre quelque chose de nouveau. C’est pour lui changer les idées (et aussi changer son comportement) que son amie d’enfance, Maiko Yukino, décide de lui faire découvrir un nouveau jeu en réalité virtuelle : Dragon Drive.

Dans ce jeu, chacun se voit attribuer un dragon correspondant à sa personnalité et le but est de combattre d’autres duos maîtres/dragons. C’est donc un petit dragon blanc très paresseux et un brin têtu, Chibisuke, qui devient le partenaire de Reiji. Le duo va alors se mettre en tête de compter parmi les meilleurs malgré leurs caractères. Une quête qui va les mener au-delà d’un simple divertissement car c’est dans leurs mains et leurs griffes que pourrait bien dépendre le destin de la Terre et du monde des dragons.

Mélange d’animation 2D et de sell-shading (notamment dans les formes évoluées des dragons en combat), Dragon Drive est une série techniquement novatrice pour l’époque. Si le chara-design de ses personnages peut paraître parfois enfantin, l’animation est de qualité et le scénario est dynamique, jonglant entre vie quotidienne, entraînements et combats même si tout cela est virtuel.

S’il aborde le thème du jeu vidéo (et de la réalité virtuelle bien avant sa commercialisation), Dragon Drive ressemble beaucoup dans son approche à Digimon. On y retrouve des humains travaillant main dans la main avec des créatures qui leur ressemblent et qui peuvent évoluer. Les deux séries partagent également la notion d’univers virtuel et de monde à sauver. Toutefois, Dragon Drive met davantage l’accent sur la relation entre ses 2 héros, Reiji et Chibisuke.

dragon-drive-reiji-chibisuke

Une cohabitation qui ne va pas toujours être simple mais qui va montrer qu’il ne faut pas toujours se fier à l’image que l’on renvoie. Au fur et à mesure, les 2 héros nous montrent que malgré les apparences, nous pouvons tous faire des efforts pour évoluer et libérer notre potentiel pour aider un ami, gagner un combat ou protéger la Terre.

En cela, Dragon Drive est un shonen tout ce qu’il y a de plus classique, avec le héros bon à rien qui fait tout pour progresser. De plus, les personnages parviennent en quelques minutes à passer des pitreries à l’attitude plus sérieuse des combats. Cependant son univers virtuel, sa profusion de dragons et surtout le personnage de Chibisuke donnent une touche de pep’s qui nous tient en haleine du début à la fin, surtout dans l’anime.

dragon-drive-screenshot

 

Classique dans sa forme, Dragon Drive est toutefois un manga bien pensé dans son fond. Si son univers rappelle celui de Digimon, le mélange réalité virtuelle/dragons fonctionne bien et donne lieu à des combats explosifs. Ses héros aussi idiots qu’attachants ont le don de parler à tout le monde et c’est entre rire et admiration que l’on plonge dans les aventures de ce duo pas comme les autres. Il ne reste plus qu’à espérer qu’un jeu aussi fou (mais pas aussi dangereux) arrive un jour entre nos mains pour que nous aussi, nous puissions avoir notre propre dragon.

Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux