13 577 personnes connectées

Désastreux : 85 dauphins se sont échoués en 4 jours sur les plages de Vendée et de Charente Maritime

Un dauphin échoué via Depositphotos

En moins d’une semaine, les autorités maritimes ont retrouvé 85 corps de dauphins le long des côtes de Vendée et de Charente-Maritime. Une hécatombe surprenante qui aurait pour origine l’Homme et plus particulièrement le matériel utilisé pour la pêche.

Les littoraux de Vendée et de Charente-Maritime sont depuis quelques jours devenus des cimetières marins. Depuis plusieurs jours, ce sont au total 85 dauphins dont un grand dauphin blanc qui ont été retrouvés échoués sur la plage. Cette véritable catastrophe est d’autant plus choquante que la totalité des dauphins retrouvés représentent à eux seuls 10 % du total d’animaux échoués retrouvés en une année sur toutes les côtes de France.

Les chiffres ont été révélés par Pelagis, l’observatoire de mammifères et oiseaux marins situé à La Rochelle. L’organisme n’est pas très optimiste quant à la suite des événements. Selon l’ensemble des équipes envoyées sur place, le nombre de dauphins échoués devraient continuer à monter suite aux prochaines marées. Le phénomène, aussi horrible soit-il, est assez récurrent sur ces côtes car entre janvier et mars, les dauphins nagent à proximité des côtes et sont donc plus facilement victimes des menaces environnantes. Néanmoins, la rapidité et la proximité des échouages d’autant d’animaux intrigue.

Pegalis a constaté que les animaux observés semblaient tous être en bonne santé avant de mourir. Les dauphins échoués ne seraient donc pas mort de cause naturelle mais accidentellement. Si les tempêtes ayant balayé les côtes en début d’année ont été évoquées, l’organisation pense davantage que ce sont des engins de pêche qui seraient responsables de cette hécatombe.

Les corps des animaux sont actuellement autopsiés par des spécialistes mais Pegalis pointe du doigt une technique de pêche en particulier : la pêche au chalut pélagique où des filets traînent entre la surface et le fond de l’eau. Toutefois, le Comité régional des pêches maritimes et des élevages marins (CRPMEM) de Poitou-Charentes estime que celle-ci ne peut « être responsable à hauteur d’un tel échouage ». Il reste désormais à atteindre les résultats des autopsies pour découvrir ce qui décime les dauphins.