12 709 personnes connectées

Déterrez Les Contes de la Crypte, cette BD horrifique devenue une série culte des années 90

Les années 90 nous ont offert des films et des séries insouciantes qui bercent encore nous souvenirs d’enfance. Mais cantonner cette période aux productions édulcorées serait une erreur. A Parker Lewis et Sauvés par le gong s’ajoutent également des séries horrifiques telles que Les Contes de la Crypte. Qui n’a pas tremblé devant les histoires effroyables présentées par un squelette à moitié décharné ? SooGeek vous propose de revenir sur ce show précurseur de HBO qui a rassemblé des millions de téléspectateurs friands d’humour noir.

 

A l’origine, Les Contes de la Crypte est une série de comics  publiée dans les années 50 par EC Comics. L’aventure commence grâce à Max Gaines, un pionnier du comic book qui a publié, avec sa société All-American Comics, les premiers Flash, Green Lantern ou encore Wonder Woman. Suite au rachat de sa société par DC Comics en 1944, l’éditeur fonde l’Educational Comics (EC Comics) et se spécialise dans les ouvrages destinés au jeune public. Parmi son panel de comics, Gaines propose des BD sur les thèmes de la religion, la pédagogie et l’humour. Mais ces sujets « bien-pensants » ne font pas recette et la société se trouve rapidement au bord de la faillite. Après la mort de Max en 1947, c’est William Gaines, son fils, qui reprend les rênes de la société. Ce n’est pas vraiment une vocation pour William… En effet, initialement étudiant en chimie, il vient de se voir remercier par l’Ecole polytechnique.

contes-crypte-comics

Passionné par les romans d’horreur, le jeune homme décide de délaisser les comics familiaux pour se lancer dans des ouvrages plus extravagants. L’un d’eux, un bimestriel intitulé “Les Terreurs de la Crypte” puis “Les Contes de la Crypte”, connaît un certain succès dès les années 50. La popularité de cette bande dessinée s’explique par son savant mélange de gore, de vices et d’humour macabre. Le magazine illustré par Al Feldstein ose tout et attire aussi bien les adolescents en mal de sensations fortes, que les foudres de leurs parents. Ainsi, au cours des années 50, diverses associations parentales et religieuses entrent en guerre contre Gaines. Pour l’Amérique puritaine, ce genre de publication est responsable de la délinquance naissante. Les plaintes sont si fréquentes, qu’une commission sénatoriale est instituée par le gouvernement afin de juger leur dangerosité !

William Gaines est le seul éditeur qui viendra témoigner pour la défense. Malgré la volonté de sauver son ouvrage, le plaidoyer de l’éditeur est pathétique… Face à des détracteurs secouant l’une des couvertures des “Contes de la Crypte” – illustrant une tête de femme décapitée -, Gaines répond simplement qu’il la trouve de « bon goût » ! Évidemment, son cynisme n’est pas apprécié et sa popularité décline encore. En froid avec le FBI qui l’accuse de donner une mauvaise image de l’armée américaine, mais aussi avec les kiosquiers, William Gaines et Al Feldstein doivent abandonner l’horreur pour se consacrer à des comics plus conventionnels. Mais le sort s’acharne encore contre l’éditeur, qui ne parvient pas à vendre ces nouveaux ouvrages… Il décide alors d’arrêter toute production.

Krypter-contes-crypte

Triste fin pour ce comics qui n’a quasiment pas goûté à la gloire… Mais les fans les plus fervents n’ont jamais oublié les histoires fantastiques présentées par l’horrible gardien de la crypte. Deux décennies plus tard, “Les Contes de la Crypte” renaissent de leurs cendres sur les écrans de cinéma. En 1972 et 1973, sortent les films à sketches intitulés “”Histoires d’outre-tombe” et “Le Caveau de la Terreur”. Néanmoins, il faudra attendre 1989 pour que le producteur Joel Silver et la chaîne américaine HBO lancent la fameuse série télévisée tirée de la BD. La série comptera 7 saisons et 93 épisodes diffusés sur HBO jusqu’en 1996. En France, les trois premiers épisodes de « Contes d’outre-tombe » sont diffusés à partir de 1991 sur la chaîne Canal +, puis en 1993 sur M6 dans “Les Jeudis de l’angoisse”.

Toute une génération a alors le plaisir de connaitre l’univers horrifique de Gaines et Feldstein ! Le succès tant attendu arrive enfin. Le public est totalement emballé par la « liberté » de cette série. Ne s’encombrant d’aucun tabou, “Les Contes de la Crypte” échappe de justesse à la censure grâce à ses premières diffusions sur des chaînes câblées payantes. Exempts de limites, les créateurs proposent des scénarios rocambolesques frôlant souvent l’absurde. Les épisodes proposent un mélange de gore à la limite de l’insoutenable, de sexe très osé et d’humour noir plutôt scabreux. Le rendu est assez déconcertant, puisque les contes sont à la fois grotesques et terrifiants. Les créateurs ont tout compris : ils surfent sur les frissons de la terreur, et ceux du plaisir de « l’interdit ». Cependant, ils savent également que de telles productions peuvent être choquantes si l’on n’y met pas la forme.

Ainsi, pour donner un caractère atypique et attachant à la série, les épisodes sont tournés à la manière d’un film de série Z. Cette audace à la Conte de la Crypte est devenue la marque de fabrique de la chaîne HBO, qui diffuse depuis des séries assez « trash » telles que Six Feet Under, Sex and the City et bien sûr, Game of ThronesIl ne faut pas oublier que Les Contes de la Crypte ont aussi connu le succès grâce à la présence de très nombreuses personnalités s’étant prêtées au jeu avec beaucoup d’humour. Parmi ces acteurs se trouvent Demi Moore, Martin Sheen, Christopher Reeve, Brad Pitt, Ewan McGregorTim Curry, Joe Pesci, Patricia Arquette et Tim Roth pour ne citer qu’eux. Par ailleurs, plusieurs acteurs ont fait leurs premiers pas dans cette série culte à l’instar de Michael J. Fox, Tom Hanks ou encore Arnold Schwarzenegger. De la même manière, certains réalisateurs et compositeurs comme Robert Zemeckis et Danny Elfman ont contribué à l’ambiance unique de la série.

Les effets spéciaux assez bluffants pour l’époque ont également participé au succès des Contes de la Crypte, notamment grâce aux procédés numériques émergents. Ainsi, les créateurs ont eu l’idée assez osée de faire réapparaître des personnalités décédées dans le show, telles qu’Alfred Hitchcock ou encore Humphrey Bogart (You Murderer, 1995). Si vous êtes nostalgique de cette série qui tourne la mort en dérision, vous pouvez vous réjouir. En effet, “Les Contes de la Crypte” n’ont pas fini de vous faire frissonner puisque le célèbre réalisateur de films d’horreur Night Shyamalan a décidé de ressusciter cette série culte. Elle sera donc à nouveau diffusée sur la chaîne HBO dans le courant de l’automne 2016. Quant à nos lecteurs moins téméraires, sachez qu’il existe Crypte Show (1994), une série animée destinée aux enfants, qui reprend l’univers des Contes de la Crypte dans un récit bien plus soft !

tom-hanks-cryptkeeper

 

stephen-King-Contes-crypte

 

conte-crypte

 

Rien ne prédestinait cette série à devenir culte. Les comics étant considérés comme trop “trash”, les producteurs de HBO ont dû rivaliser d’imagination pour donner vie à un univers à la fois horrifique et attachant. Réalisés à la manière de « nanars » (ou  « navets »), pour jouer la dérision, les épisodes des Contes de la Crypte mélangent savamment tous les codes du genre horreur. Chez SooGeek, nous aimons particulièrement l’épisode « La Mort solitaire de Jordy Verrill » qui met en scène l’écrivain Stephen King. Et vous, quel conte de la crypte vous a donné le plus de cauchemars ?

Ces articles vont vous plaire

icone dossier

À la Renaissance, loucher était caractéristique de beauté pour les femmes italiennes.

— @DailyGeekShow