© Cryptocône – Wikimedia Commons

Si vous êtes fan de science-fiction, de surnaturel ou simplement de géographie, vous avez sûrement déjà entendu parler du triangle des Bermudes, également connu sous le nom très évocateur de triangle du Diable ? Il s’agit de la fameuse zone au-dessus de l’océan Atlantique Nord où les avions et les navires disparaissent mystérieusement. Eh bien, devinez quoi ? Il existe un endroit qui reprend certaines de ses caractéristiques !

Que disent les faits ?

La zone silencieuse de Mapimi n’est pas aussi célèbre que le triangle des Bermudes. Toutefois, elle jouit aussi de son lot de mystères, de rumeurs et de théories surnaturelles. D’après les mythes et légendes urbaines, ni les signaux radio ni les boussoles ne fonctionnent dans cette zone. D’étranges boules de feu planeraient aussi au-dessus de cette zone et, plus encore, certains rapportent l’apparition d’OVNIs.

Les faits nous ont été rapportés en début d’année par Unbelievable. Apparemment, le 11 juillet 1970, l’armée de l’air américaine a lancé une fusée d’essai ATHENA V-123-D depuis le Green River Launch Complex, le complexe de lancement de l’Utah. La fusée devait atterrir au centre de lancement de White Sands, une base militaire au Nouveau-Mexique mais, en cours de vol, la fusée a perdu le contrôle et a accidentellement pénétré l’espace aérien mexicain.

Elle s’est ensuite écrasée dans le désert de Durango, l’endroit qui sera ensuite appelé la « zone du Silence ». Entre-temps, une équipe secrète d’experts a été dépêchée sur les lieux afin de retrouver et de ramener la fusée mais ce ne fut qu’après plus de trois semaines de recherche acharnée qu’ils ont pu la retrouver. Les experts ont ensuite tracé une route pour transporter les restes de la fusée avec de la terre contaminée.

Un secret de polichinelle

Le gouvernement américain ne tenait pas à ébruiter l’affaire si bien que toute l’opération avait été classée confidentielle et les Etats-Unis ont même embauché quelques habitants afin de surveiller le site du crash. Malheureusement, ce secret entourant l’incident avait déjà attisé la curiosité des locaux et les personnes recrutées par le gouvernement pour garder les lieux ne se privaient pas pour alimenter les rumeurs.

Ces dernières se sont alors répandues un peu partout dans la région si bien que les propriétaires fonciers et les hôteliers trouvèrent là une opportunité de stimuler l’économie. Quelques scientifiques ayant visité la région auraient même confirmé des phénomènes étranges mais les documents attestant des recherches effectuées là-dessus seraient difficiles à trouver.

La zone silencieuse de Mapimi était autrefois submergée

Toujours est-il que la zone silencieuse de Mapimi, appelée localement « Zona del Silencio », aurait été autrefois submergée dans la « mer de Téthys », et des fossiles attestant de la vie marine se trouveraient encore sur place. Des météorites de grande taille auraient également atterri près de la zone au cours du siècle dernier.

Néanmoins, ce n’est qu’en 1966 que ce désert reçut le nom de « zone du Silence » après qu’un ingénieur travaillant pour la compagnie pétrolière Pemex a exploré le pays, et qu’arrivé dans cette zone, sa radio ne fonctionnait plus normalement. Après l’expérience ratée des Américains en 1970, des gens ont également signalé des anomalies magnétiques ainsi que la présence d’OVNIs autour de cette zone. Outre les radios qui ne marchent plus, les boussoles cesseraient aussi de fonctionner et certaines personnes affirment avoir vu des individus portant des « combinaisons argentées serrées » sur cette zone. Toutefois, à défaut de preuves indubitables, les scientifiques ont rejeté ces théories.

Malgré tout, il existe toujours des partisans de ces théories paranormales. Surnommés les « zoneros », ces partisans sont considérés comme une menace pour les vestiges historiques et les ressources naturelles de la région. En effet, des touristes désirant repartir avec des « indices » finiraient par s’emparer d’artefacts historiques et naturels importants pour les chercheurs. La réserve de biosphère de Mapimi, une station de recherche écologique, serait également préoccupée par cette célébrité mensongère de la zone du Silence. Du moins, mensongère jusqu’à preuve du contraire.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de