Nous le savons, Internet offre un accès à tous types de contenus à travers le monde. Aujourd’hui, de plus en plus de jeunes enfants ont accès à cette source, et des risques graves y sont malheureusement liés… même sur des applications censées leur être destinées. C’est ainsi que plusieurs mères sont tombées sur des vidéos donnant des instructions pour orchestrer son suicide, sur YouTube Kids. Explications.

 

Qu’est-ce que YouTube Kids ?

Moins connue que sa version grand public, YouTube Kids est un dérivé du célèbre service de visionnage de contenu vidéo. Comme son nom l’indique, cette application mobile, hébergée par YouTube, est destinée aux jeunes enfants. Elle est toutefois relativement récente, puisque créée en 2015 aux États-Unis et lancée en France depuis le 16 novembre 2016.

Aujourd’hui, beaucoup de parents préfèrent – logiquement – installer cette application sur leur portable, quand des enfants sont susceptibles de l’utiliser. Le YouTube “classique” contient énormément de contenus qui flirtent avec les limites, que ce soit en termes de violences, de sexualité ou de propos. YouTube en est également conscient, et c’est pour répondre à cette demande naissante – les enfants utilisent de plus en plus tôt les téléphones intelligents – que YouTube Kids est né. Un tel concept d’application nécessite une modération exigeante et un catalogue de vidéos adapté à un public très jeune.

Plusieurs mères en Floride ont cependant trouvé des vidéos chocs sur la plateforme, au caractère suicidaire. Les vidéos, si elles ne présentaient pas de cadavres ou d’atmosphères, en apparence, sombres, sont trompeuses, puisque les propos à l’intérieur sont des véritables instructions pour le suicide.

 

Quel est le contenu exact ?

Ces vidéos – car il y en a plusieurs – ont de quoi faire peur. Celle rapportée par une maman présente ainsi un homme portant des lunettes de soleil en train d’expliquer aux enfants comment se couper les poignets “de manière efficace” au milieu de l’une de ses vidéos.

Devant un tel danger pour le jeune public, Hess, une pédiatre, a lancé un appel massif sur les réseaux sociaux pour que la vidéo soit retirée et son auteur traduit en justice. YouTube aurait mis plus d’une semaine pour ne serait-ce que supprimer le contenu de sa plateforme pour enfants. Pire encore, la mère explique être tombée sur la même vidéo, mais sur YouTube cette fois-ci. Et comme pour la fois précédente, un nouvel appel aux signalements, massif, a été fait pour retirer ce contenu violent et choc qui n’a pas lieu d’être sur un site Internet grand public. YouTube mettra cette fois-ci quelques jours pour retirer la vidéo.

Aujourd’hui, Hess se rend compte de l’évolution des technologies et de l’impact catastrophique sur les plus jeunes : « je suis une pédiatre et je vois de plus en plus d’enfants entrer dans l’auto-mutilation et faire des tentatives de suicide”, avoue t-elle.

 

Sommes-nous devant une exception ?

Après cet épisode scandaleux, Hess a décidé d’explorer YouTube Kids en profondeur afin de voir si des contenus d’une gravité similaire étaient trouvables. Et ce sur quoi elle est tombée l’a profondément choquée. Non seulement d’autres vidéos portant sur le thème du suicide étaient facilement trouvables avec des mots-clés relativement basiques, mais d’autres sujets choquants étaient accessibles. On peut citer le trafic d’êtres humains, la violence armée ou domestique, ou encore l’exploitation et les abus sexuels.

Aujourd’hui, Hess tente de faire bouger YouTube, appartenant au géant du numérique Google. Comme vous l’aurez compris, le filtrage des vidéos n’est clairement pas au point, que ce soit pour YouTube Kids mais également pour YouTube. Si un adulte est susceptible de faire la part des choses et prendre du recul face à un sujet choc, les enfants sont bien plus vulnérables.

Pour l’instant, la meilleure solution pour lutter contre ce genre de contenu indésirable est de le signaler en nombre, et le plus vite possible. En effet, YouTube modère plus rapidement et quotidiennement les vidéos ayant reçu beaucoup de signalements et d’ampleur.

 

Les parents doivent également agir

Pour Hess, il est plus facile pour YouTube et les parents de limiter le caractère violent du catalogue sur Youtube Kids. On peut facilement réduire le contenu affiché à celui des chaînes que l’on peut suivre, contrairement à la version plus classique du service.

En revanche, il est souvent trop tard quand un signalement est donné, car plusieurs enfants sont susceptibles d’avoir déjà visionné l’ensemble. Les parents doivent jouer un plus grand rôle dans le contrôle des vidéos que leurs enfants regardent sur ce genre d’applications. La technologie, si elle représente un fantastique portail pour un contenu inépuisable, est aussi synonyme d’une plus grande exposition à des éléments nocifs pour ses utilisateurs.

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de