La NASA connait déjà les effets du voyage spatial sur le corps humain. Mais qu’en est-il des séjours prolongés ? Sont-ils dangereux, entraînent-ils des modifications irrattrapables ? C’est ce sur quoi l’agence gouvernementale a enquêté en observant deux de ses employés.

DEUX FRÈRES JUMEAUX COMME COBAYES

Afin de mener à bien cette expérience, la NASA a fait appel à deux de ses membres : Mark et Scott Kelly. Ces jumeaux travaillant pour l’agence gouvernementale ont été sélectionnés pour leur patrimoine génétique identique. Scott s’est rendu dans la Station Spatiale internationale entre 2015 et 2016 et y est resté 340 jours consécutifs.

Lui et son frère ont donc été suivis de près par les scientifiques pendant 27 mois. Les deux hommes devaient fournir différents prélèvements pour analyses : sang, plasma, urine… Et ce qu’ont découvert les chercheurs est fascinant.

Scott est resté 340 jours consécutifs dans la Station Spatiale Internationale

QU’A-T-ON DÉCOUVERT AU COURS DE CES 27 MOIS D’OBSERVATION ?

Suite aux analyses menées sur les jumeaux, un constat est ressorti : le corps de Scott a subi de multiples changements. Tout d’abord, ses os se sont affinés à cause de l’absence de pesanteur. Cela a également conduit à une atrophie musculaire. Mais ce qui a le plus choqué les spécialistes sont les modifications au niveau génétique.

Les deux frères avaient un patrimoine génétique similaire au début de l’expérience mais à la fin, un millier de gènes avaient subi des changements chez Scott. Cela entraîne une modification du système immunitaire et plus la mission avançait, plus les différences étaient importantes.

Son séjour a entraîné une modification de plus d’un millier de gènes

POURQUOI CES TESTS ONT-ILS ÉTÉ MENÉS ?

Les effets de l’absence de pesanteur sur le corps son connus depuis longtemps. Mais cette expérience menée sur un séjour prolongé permettent aux scientifiques d’anticiper l’avenir. Avec l’exploration spatiale comme objectif principal, il est important de savoir si le corps humain peut résister aussi longtemps dans l’espace.

Les vols habités vont se multiplier dans les années à venir et les voyages vont s’étendre parfois sur plusieurs années. Si 90 % des gènes de Scott sont revenus à la normale, il sera toujours suivi pour voir si son voyage a des conséquences sur le vieillissement.

Un voyage vers Mars risque d’entraîner de nombreux changements sur le corps humain

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de