— Gena Melendrez / Shutterstock.com

Les œuvres de Banksy font souvent parler d’elles quand elles passent par les salles des ventes. Une nouvelle création du maître a attiré les foules il y a quelques jours mais celle-ci a une caractéristique atypique : son histoire. En effet, avant de passer aux enchères, elle a été volée deux fois !

L’auto-destruction de La Petite Fille au ballon rouge par l’artiste en pleine vente avait marqué les esprits en octobre 2018. Un an plus tard, une nouvelle œuvre de Banksy fait parler d’elle alors qu’elle faisait l’objet d’une vente aux enchères. L’oeuvre en question est The Drinker, une statue réalisée en… reprenant la pose emblématique du Penseur de Rodin. Toutefois, l’œuvre a la touche urbaine de l’artiste car la figure est coiffée d’un plot de chantier. Mais si cette œuvre est au centre de l’attention, c’est car elle a une histoire insolite.

L’œuvre est en effet volée à Banksy par Andy Link alias AK47. Cet artiste atypique s’est spécialisé dans le vol d’œuvres d’autres artistes en vue de les revendre par la suite. En 2004, le « leader anarchiste » du mouvement Art Kieda vole la statue de 35 tonnes à Londres. The Drinker aurait été volée par vengeance car Banksy aurait refusé de signer un tirage à AK47. Par la suite AK47 envoie une demande de rançon à Banksy pour que ce dernier puisse récupérer l’oeuvre en échange de 5 000 livres sterling. Avec humour, le graffeur déclare qu’il est prêt à payer 2 livres afin que le voleur puisse acheter de l’essence afin de brûler la statue. AK47 garde donc la statue et en devient le propriétaire suite à une absence de réclamation.

Le premier vol est déjà insolite mais en 2007, l’œuvre est dérobée au voleur alors que celle-ci était installée dans son jardin. Selon le journal The Guardian, les responsables seraient des « associés » de Steve Lazarides qui n’ont laissé que le plot de signalisation. Devenu le propriétaire de l’œuvre, AK47 porte plainte mais la sculpture semble avoir disparu de la circulation. Il faut attendre le 19 novembre dernier et la sortie d’un catalogue de vente de la maison Sotheby’s pour que The Drinker réapparaisse. Malgré son estimation de 750 000 à un million de livres sterling, l’œuvre ne fait l’objet d’aucune affaire judiciaire au grand désespoir de son précédent propriétaire.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de