— Paopano / Shutterstock.com

Fin mai, une fusée de la société d’Elon Musk permettra à deux astronautes américains de rallier la Station spatiale internationale. Il s’agira du premier vol spatial avec équipage en provenance des États-Unis depuis près de dix ans.

Le premier vol habité au départ du sol américain depuis près d’une décennie

Alors que les États-Unis s’appuyaient, depuis juillet 2011, sur les fusées russes Soyouz pour permettre aux astronautes de la NASA de rallier l’ISS, tout cela est sur le point de changer. Comme l’a annoncé Jim Bridenstine, administrateur de l’agence spatiale américaine, via un tweet : « Le 27 mai, la NASA va de nouveau lancer des astronautes américains à bord d’une fusée américaine depuis le territoire américain ! » Ce vol spatial avec équipage constituera non seulement le premier lancement du genre au départ du sol américain depuis près d’une décennie, mais également le premier a être assuré par une société privée, en l’occurrence SpaceX.

En dépit de la pandémie de coronavirus frappant actuellement la planète, l’agence spatiale américaine a indiqué qu’elle ne bouleverserait pas ses plans. D’ici un peu plus d’un mois, les astronautes Robert Behnken et Douglas Hurley prendront place à bord de la capsule Crew Dragon de SpaceX, solidement arrimée à la fusée Falcon 9, également conçue par la firme d’Elon Musk, afin de rejoindre la Station spatiale internationale. Fixé à 16h32 heure locale le 27 mai prochain, le décollage aura lieu depuis la plateforme de lancement 39A du Centre spatial Kennedy, en Floride, ayant notamment été utilisée pour les lancements des missions Apollo.

SpaceX sur le point d’entrer dans l’Histoire

La NASA a indiqué que Behnken et Hurley s’entraînaient depuis des années pour cette mission qui permettrait aux États-Unis de ne plus dépendre de la Russie pour les vols avec équipage. Version modifiée de la capsule Dragon de SpaceX, qui assure le ravitaillement de l’ISS depuis 2012, le modèle Crew Dragon s’arrimera à la Station spatiale internationale, qui accueille actuellement deux cosmonautes russes et un astronaute américain, environ 24 heures après le décollage. Pour l’heure, la durée du séjour des deux astronautes américains n’a pas été communiquée.

Cette mission constituera une étape clef pour l’agence spatiale américaine, ayant eu du mal à tourner la page des navettes spatiales. Si celles-ci avaient permis de transporter les astronautes américains pendant trois décennies, deux d’entre elles avaient explosé, ce qui avait poussé la NASA à changer de stratégie, en se tournant vers l’industrie privée pour le développement de sa prochaine génération d’engins spatiaux.

Si SpaceX et Boeing ont longtemps été au coude à coude, le second cité a subi un important revers en décembre dernier avec sa capsule Starliner, lors d’une mission à vide ayant révélé de dangereux problèmes de logiciels et de communications. Ce qui a contraint le géant américain de l’aérospatiale à reprogrammer un vol non habité. De son côté, la capsule d’Elon Musk avait effectué avec succès sa grande répétition générale en mars 2019, en réalisant un aller-retour vers l’ISS, orbitant à plus de 400 kilomètres de la Terre, avec un mannequin à son bord, avant de plonger dans l’Atlantique après six jours passés dans l’espace.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de