― Photo Kozyr / Shutterstock.com

Entre 2005 et 2008, la Macédoine a été secouée par de terribles meurtres. Effectivement, pendant ces années, les corps de trois femmes d’une soixantaine d’années ont été retrouvés à l’extérieur de la ville de Kitchevo. Après autopsie, il s’est avéré que les victimes avaient été violées et étranglées. Ces actes immondes ont alors défrayé la chronique macédonienne. Mais saviez-vous que l’un des journalistes qui couvraient les meurtres n’était autre que le meurtrier lui-même ?

Le 16 novembre 2004, Mitra Simjanoska disparaît mystérieusement. La police retrouvera son corps seulement le 12 janvier 2005. Mitra a été violée, son corps mutilé, et déposé dans des sacs plastiques à l’extérieur de la ville. Après autopsie, il s’avère aussi que le ravisseur de Mitra l’avait séquestrée jusqu’à début janvier 2005, et étranglée. Ce meurtre macabre fait la une des journaux locaux, dont celui pour lequel travaillait Vlado Taneski. Le journaliste, âgé d’une cinquantaine d’années à cette époque, travaille étroitement avec la police et écrit avec des détails précis sur le meurtre de Mitra Simjanoska.

Cependant, les années qui suivirent, trois autres femmes disparurent, seuls deux corps ont été retrouvés. Ils présentaient eux aussi des signes de séquestration, de viol, de maltraitance, et les victimes ont aussi été étranglées. Encore une fois, Vlado Taneski couvre les meurtres. Encore une fois, le journaliste chevronné détaille les faits avec une précision bluffante, et rapidement sa chronique devient une des préférées des lecteurs locaux. Cependant, les détails donnés par Vlado Taneski commencent à faire peser des soupçons sur le journaliste. De plus, Vlado posait des questions très personnelles aux proches des victimes, et leur demandait même des photos. Cela n’avait en soi rien de bizarre, étant donné le métier de Vlado.

Effectivement, Vlado a révélé des éléments sur les meurtres qui n’ont pas été divulgués par la police, et dont seules quelques personnes sont au courant. Dont le tueur. Dans un premier temps, la police soupçonne seulement Vlado de connaître le tueur. Puis, qu’il pourrait être le tueur en personne. Effectivement, Vlado a donné un détail très précis : le type exact de cordon téléphonique utilisé par le tueur pour étrangler ses victimes.

Mais alors que la police constituait un dossier contre lui, Vlado Taneski s’est suicidé en plongeant sa tête dans le seau d’eau présent dans sa cellule.

COMMENTEZ

avatar
  S’abonner  
Notifier de