— khlungcenter / Shutterstock.com

C’est un fait, certaines personnes attirent plus les moustiques – et se font donc plus piquer – que les autres. Selon une étude, cela pourrait s’expliquer en partie par la présence de certains virus qui rendent les gens plus appétissants pour ces insectes.

Une méthode utilisée par les virus pour se propager plus facilement

Si certaines personnes pensent que le fait que les moustiques préfèrent certaines personnes à d’autres est un mythe, ils ont tort. Une étude a en effet démontré qu’environ 20 % des gens sont plus appétissants pour les moustiques comparés aux autres. Selon un rapport du Smithsonian Magazine, il y a diverses explications à ce phénomène, notamment relatif au groupe sanguin, à la quantité de gaz carbonique émise par l’haleine, à la génétique ou encore à la couleur des vêtements. Une nouvelle recherche ajoute une nouvelle explication à la préférence des moustiques pour certains individus.

Selon cette étude réalisée par les chercheurs de l’université du Connecticut, certains virus peuvent modifier l’odeur de leur hôte pour le rendre plus attractif pour les moustiques. Selon les résultats de l’étude publiée dans la revue Cell, ces dangereux organismes sont notamment le virus Zika et l’arbovirus responsable de la dengue. Selon les chercheurs, ces virus ont développé ce mécanisme pour augmenter leur taux de transmission. « Le virus peut manipuler le microbiome cutané des hôtes pour attirer plus de moustiques et se propager plus rapidement », a en effet expliqué Penghua Wang, coauteur de l’étude, dans un communiqué.

Rappelons que le Zika est une maladie virale transmise par les moustiques. Bien qu’il soit rare que le Zika provoque une maladie grave chez les adultes, cette maladie peut provoquer de graves malformations congénitales chez les enfants à naître de femmes enceintes infectées. La dengue est également une maladie virale véhiculée par les moustiques. Les personnes infectées souffrent de fièvre et d’éruptions cutanées qui entraînent parfois des hémorragies et la mort. Chaque année, la dengue entraîne environ 20 000 décès, la plupart des victimes étant des enfants.

— Digital Images Studio / Shutterstock.com

Heureusement, il existe un moyen pour se défendre

Pour aboutir à ces conclusions, les chercheurs ont infecté des souris avec le Zika et la dengue. Les scientifiques ont également recruté des patients atteints de la dengue dans un hôpital en Chine. Les chercheurs ont notamment cherché à savoir si l’odeur des souris et des personnes infectées était plus attrayante pour les moustiques par rapport à l’odeur des groupes témoins. Il a été effectivement constaté que l’odeur des patients et des souris atteints de la dengue ou du Zika attirait plus les moustiques.

Après avoir effectué des analyses plus approfondies, les chercheurs ont constaté que les patients et les souris atteints de la dengue avaient une émission d’acétophénone beaucoup plus élevée que la normale. Les souris infectées par le Zika ou la dengue produisaient également 10 fois plus d’acétophénone que les souris saines. Outre ces découvertes inquiétantes, les chercheurs ont également découvert qu’il y avait un moyen pour contrer ce mécanisme. Ils ont en effet constaté que des injections d’isotrétinoïne pouvaient résoudre le problème. Ce dérivé de la vitamine A, connu pour augmenter la production du peptide antimicrobien de la peau, a en effet permis de faire baisser les émissions d’acétophénone chez les souris.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments