― Burlingham / Shutterstock.com

La violence liée aux armes à feu n’est pas une nouveauté aux États-Unis. Cependant, une nouvelle étude indique que les cas de violence armée ont augmenté de 30 % dans le pays au cours de la première année de la pandémie de Covid-19. Une nouvelle assez surprenante, étant donné que les États étaient confinés pendant plusieurs mois.

Une hausse de 30 %

La violence par arme à feu aux États-Unis a augmenté de 30 % pendant la pandémie malgré les mesures de confinement, selon une étude publiée dans la revue Scientific Reports. Pour parvenir à cette conclusion, les chercheurs ont comparé le nombre d’homicides, de suicides et de blessures liés aux armes à feu signalés dans chaque État de février 2019 à mars 2021 avec le nombre d’incidents signalés entre mars 2020 et mars 2021. Les chercheurs indiquent que le nombre de fusillades a considérablement augmenté dans 28 États au cours de la première année de la pandémie.

Pour cette étude, les chercheurs se sont appuyés sur les statistiques fournies par l’organisation à but non lucratif Gun Violence Archive (GVA). Dans certains États, dont le Minnesota, le Michigan et New York, le taux de violence armée a même augmenté de 100 %. Le seul État ayant affiché une diminution de la violence liée aux armes à feu était l’Alaska, avec une baisse de 33 %.

Les statistiques du GVA indiquent qu’un peu moins de 39 000 blessures et décès ont été signalés au cours de l’année précédant la pandémie de coronavirus. Ce chiffre a grimpé à plus de 51 000 pendant la première année de la pandémie. Les autorités ont recensé 32 348 blessures par balle au cours de la période prépandémique contre 43 288 au cours des treize premiers mois de la pandémie. Quant aux décès, ils en ont recensé 16 687 liés aux armes à feu au cours de la période prépandémique contre 21 504 au cours des treize premiers mois de la pandémie.

— Lutsenko_Oleksandr / Shutterstock.com

La peur et le stress ont poussé les Américains à acheter plus d’armes

Le Dr Jennifer McCall-Hosenfeld, professeur agrégé dans les départements de médecine et de sciences de la santé publique, et ses collègues ont essayé de déterminer les raisons de cette tendance préoccupante. En effectuant des recherches, ils ont découvert que le nombre d’armes vendues pendant la première année de la pandémie a augmenté de 41% par rapport à l’année 2019. Or, les chercheurs expliquent que plus d’armes signifie plus de violence armée. « Nous savons que lorsque les gens ont accès à des armes à feu, ils sont plus susceptibles d’être impliqués dans la violence armée », ont-ils expliqué.

En outre, les auteurs de l’étude indiquent que la pandémie a contribué à l’aggravation de ce problème de longue date. Ils expliquent que la pandémie est associée à une détresse psychologique générée par divers facteurs comme les restrictions de déplacement, l’augmentation du taux de violence domestique, la perturbation des réseaux sociaux et le chômage.

3
COMMENTEZ

avatar
2 Fils de commentaires
1 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
2 Auteurs du commentaire
M.S.First Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
First
Invité
First

Vive les U S.!

M.S.
Invité
M.S.

Les noirs aux USA représentent 13% de la population et commettent plus de 50% des crimes.

M.S.
Invité
M.S.

Une fois de plus votre ignorance ou votre incompétence est accablante. Cette augmentation n’a rien à voir avec cette pseudo pandémie. Premièrement il faut savoir et admettre (ce qui n’est pas facile à faire pour les  »bien pensant ») que plus de 50% de la criminalité aux USA est le fait des noirs (qui ne représente que 13% de la population vivant dans ce pays). Cette augmentation de violence par arme à feu se produit dans les villes à forte présence afro-américaine et sous gouvernance démocrate. Et elle est le résultat de la politique laxiste des démocrates qui ont  »définancé » la… Lire la suite »