À Dax, ce village expérimental est une révolution dans la façon d’appréhender la maladie d’Alzheimer

Un village dédié au traitement expérimental de la maladie d’Alzheimer est en construction dans le sud-ouest de la France, sur le territoire de la commune de Dax. Une solution qui devrait permettre de sortir les malades de l’environnement hospitalier classique pour un lieu où il font bon vivre.

UN SÉJOUR SANS BLOUSES BLANCHES

Le concept est inspiré de la réussite du modèle néerlandais de Weesp, créé en 2009, et sera le troisième du genre dans le monde. L’objectif est de permettre aux personnes atteintes de la maladie de continuer à avoir une vie sociale ordinaire sans blouse blanches, avec une approche non médicamenteuse dans un village presque ordinaire.

Étalé sur 5 hectares de la commue de Dax, le lieu accueillera quatre quartiers de huit maisonnées pouvant accueillir chacune sept à huit résidents. Le tout est construit autour d’un centre ville présentant des commerces, supérette, coiffeur, cabinet médical, restaurant, petite ferme, gymnase, médiathèque…

Si les blouses blanches ne seront pas visibles, les 120 résidents du village seront bien entendus encadrés par une équipe médicale de 200 personnes, présents pour favoriser la socialisation des habitants. En complément du personnel médical, une centaine de bénévoles viendront participer à la vie de ce village pour que celui-ci reste ouvert “à la vie et à la ville”. Un partenariat avec la faculté de médecine de Bordeaux sera mis en place pour pouvoir initier des études et des expérimentations sur cette méthode non médicamenteuse du traitement de la maladie. Et pour compléter ce lien social essentiel, les familles seront bien évidemment les bienvenues dans le village où elles pourront venir séjourner dans des studios prévus à cet effet.

UNE RÉDUCTION DE LA PRISE DE PSYCHOTROPES

Les médicaments pour lutter contre la maladie d’Alzheimer sont très controversés car ils ne sont que d’une faible efficacité et comportent beaucoup d’effets indésirables. Pour le neurologue Jean-François Dartigues. « La participation à la vie sociale doit permettre, on l’espère, de réduire les troubles du comportement et par conséquent de réduire les prises de psychotropes, l’idée est d’aider les personnes, malgré leur handicap, à bénéficier d’une vie sociale, jouer à la pétanque, faire des courses, etc.  ».

Le projet, qui a débuté sa construction lundi dernier, verra le jour fin 2019 et coûtera 28 millions d’euros, principalement financé par la région. Le prix à la journée sera de 60 euros, équivalent à celui d’un Ehpad traditionnel. Pour les admissions, les résidents locaux auront la priorité.

Le futur village Alzheimer sur la commune de Dax
Le futur village Alzheimer sur la commune de Dax

Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux