— fizkes / Shutterstock.com

Même s’il existe actuellement de nombreuses études pour trouver des vaccins ou des traitements pour le SIDA, il n’existe pour l’instant aucun moyen d’éliminer ce virus. Mais cela ne signifie nullement que le virus ne peut être éliminé puisqu’une femme séropositive a réussi à s’en débarrasser, et cela, sans aucun traitement.

Un cas exceptionnel qui allume une lueur d’espoir pour la lutte contre le SIDA

Même si cela a l’air totalement invraisemblable, une femme séropositive en Argentine a réussi à éliminer le VIH, sans aucun traitement. Cela laisse supposer que c’est son système immunitaire qui s’est débarrassé du virus. Bien qu’il s’agisse d’un cas extrêmement rare, ce n’est pas la première fois que cela arrive, dans la mesure où il s’agit du second cas documenté d’un tel phénomène. Le premier cas rapportant l’élimination du VIH sans aucune assistance médicale concernait une femme californienne de 67 ans nommée Loreen Willenberg, a rapporté Slate. Selon les différentes analyses effectuées sur cette dernière, elle possède un marqueur génétique qui aide les lymphocytes à lutter contre les agents étrangers, dont le VIH.

En ce qui concerne la deuxième patiente à avoir guéri du SIDA sans traitement, cette dernière a été surnommée « la patiente Esperanza » ; « esperanza » signifiant « espoir » en espagnol. En effet, les chercheurs voient en cette patiente l’espoir de trouver un remède contre le SIDA. Préférant garder son anonymat, cette femme a accepté de se soumettre à de nombreuses analyses afin de déterminer comment son corps a réussi à se débarrasser du VIH. Actuellement âgée de 30 ans et mère de deux enfants, ce fut en 2013 qu’Esperanza a été déclarée séropositive.

Malgré le diagnostic de sa maladie, la patiente n’a pris aucun traitement antirétroviral jusqu’en 2019, date à laquelle elle est tombée enceinte. Elle n’a en effet commencé un traitement avec les médicaments ténofovir, emtricitabine et raltégravir qu’au cours des deux derniers trimestres de sa grossesse. Et lorsqu’elle a accouché d’un bébé séronégatif en bonne santé, elle a arrêté le traitement. Elle en a fait de même au cours de sa grossesse en 2020 et, une fois de plus, elle a accouché d’un bébé séronégatif et en bonne santé. Notons que ces traitements médicamenteux n’ont été pris qu’à titre préventif, dans la mesure où c’est en 2017 que les médecins ont constaté pour la première fois qu’Esperanza avait réussi à éliminer le VIH de son corps, a rapporté STAT.

— Kateryna Kon / Shutterstock.com

Plus aucun virus viable huit ans après avoir été initialement déclarée séropositive

Récemment, les chercheurs ont scanné méticuleusement l’ADN de plus d’un milliard de cellules appartenant à Esperanza, recherchant des signes indiquant que le virus se cachait toujours dans son organisme. Ils ont également fait les mêmes analyses sur son placenta au cours de sa deuxième grossesse. Une telle analyse était nécessaire, car même s’il s’agit d’un organe du fœtus, il est chargé de cellules immunitaires maternelles, et c’est un environnement riche en cibles à exploiter pour les virus furtifs. Selon les résultats de l’étude menée sur Esperanza – dont les résultats ont été publiés sur Annals of Internal Medicine –, les chercheurs n’ont trouvé aucun virus viable, c’est-à-dire un virus encore capable de se répliquer.

Tout ce que les chercheurs ont pu trouver, ce sont sept provirus défectueux ; une forme de virus qui est intégré dans le matériel génétique d’une cellule hôte dans le cadre du cycle de réplication. S’il est ainsi formel qu’Esperanza n’a plus le SIDA, les chercheurs ignorent encore comment un tel miracle a pu se produire. Quoi qu’il en soit, ils ont déjà des théories sur ce sujet. « Nous pensons qu’il s’agit d’une combinaison de différents mécanismes immunitaires – les cellules T cytotoxiques sont probablement impliquées, le mécanisme immunitaire inné peut également avoir contribué », a expliqué Xu Yu, auteure principale de l’étude, selon un rapport de CNN.

COMMENTEZ

avatar
  S’abonner  
Notifier de